Toulouse : Une enseignante insultée par des élèves pour avoir abordé le sujet du voile - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 22 octobre 2020

Toulouse : Une enseignante insultée par des élèves pour avoir abordé le sujet du voile

“Deux élèves ont assuré que la charia c’était mieux que la loi française”, a précisé une source proche du dossier.

Toulouse : Une enseignante insultée par des élèves pour avoir abordé le sujet du voile

Par : valeursactuelles.com

Samuel Paty a été décapité pour un cours d'éducation civique, le 16 octobre. Une semaine plus tôt, une autre enseignante, qui exerce à Toulouse, donnait un cours sur l'égalité des rapports entre l'homme et la femme. Bien mal lui en a pris : selon La Dépêche, elle a été « menacée » par des élèves, et insultée.

Insultes et échange houleux

« Elle a évoqué le principe de laïcité et la limitation du port du voile dans l’espace public », a détaillé une source proche du dossier, ajoutant : « La polémique n’est pas partie de là, mais lorsqu’elle a indiqué que l’on avait plus de droits en France qu’en Arabie Saoudite. Deux élèves ont contesté cela et ont assuré que la charia c’était mieux que la loi française. » Puis, selon une porte-parole de l'académie de Toulouse, « le dialogue a dérivé sur le port du voile en France ».

Les échanges se seraient poursuivis après la fin du cours et une élève n'y ayant pas assisté aurait insulté la professeure. Deux autres lycéens auraient eu un « échange houleux », selon le journal local, avec l'enseignante. L'académie, elle, précise : « Trois élèves ont été sanctionnés par le proviseur. Une mesure d'éloignement a été mise en place concernant la fille de 16 ans ».

Une adolescente mise en examen

Le soir même de ces faits, la professeure a déposé plainte à la gendarmerie. La porte-parole de l'académie de Toulouse a indiqué de son côté : « Nous l'avons mise en relation avec l'assistante sociale, avec qui elle échange depuis ces événements ». La Dépêche explique aussi que les investigations de la brigade de recherches (BR) de la compagnie de Muret, en collaboration avec ceux de la section de recherches (SR), se sont accélérées après l'attentat contre Samuel Paty, le 16 octobre. Sept mineurs ont été convoqués pour être placés en garde à vue.

Finalement, le parquet a décidé de présenter à un juge des enfants la lycéenne de 16 ans qui avait insulté la professeure. Le parquet a indiqué au quotidien régional que la jeune fille est mise en examen pour « outrage à personne dépositaire d'une mission de service public dans un établissement scolaire ». Selon le procureur de la République, elle risque jusqu'à six mois d'emprisonnement […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub