VIDÉO - «Guerre», «islamo-fascisme» : la classe politique s'indigne après l'attentat de Nice - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 29 octobre 2020

VIDÉO - «Guerre», «islamo-fascisme» : la classe politique s'indigne après l'attentat de Nice

Les élus locaux et les responsables politiques, religieux et syndicaux ont promptement réagi à l'attentat au couteau ayant fait plusieurs victimes dans le centre-ville de Nice, près d'une église, deux semaines après la décapitation d'un enseignant.

VIDÉO - «Guerre», «islamo-fascisme» : la classe politique s'indigne après l'attentat de Nice

Par : francais.rt.com/france

Après l'attentat du 29 octobre vers 9h qui a fait au moins trois morts dans le centre de Nice, les réactions des responsables politiques ne se sont pas faites attendre.

Le maire de Nice Christian Estrosi a tout d'abord estimé : «Notre pays ne peut plus se contenter des lois de la paix pour anéantir l’islamo fascisme».

Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti (LR) a quant à lui comparé la situation à la Seconde Guerre mondiale, affirmant que «pour la première fois depuis l’occupation, la France n’est plus libre».

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen en a appelé à «une législation de guerre pour répondre à la guerre qui nous est menée».

De l'autre côté de l'échiquier politique, l'ancien président de la République François Hollande en a appelé «au courage et à la cohésion» au micro d'Europe 1.

Son ancien ministre et ex-candidat à l'élection présidentielle Benoît Hamon a adressé ses «pensées sincères aux familles» ainsi qu'à la «communauté catholique».

Le député et président du groupe la France insoumise Jean-Luc a lui aussi affiché «sa solidarité émue avec les catholiques de France».

L'Assemblée nationale a décidé d'observer une minute de silence en solidarité à l'égard des victimes et de l'ensemble de leurs proches.



Le président Emmanuel Macron doit rejoindre la cellule de crise à 10h30. Le Premier ministre Jean Castex a quitté précipitamment l'Assemblée nationale pour s'y rendre également.

Hors de la sphère politique, l'Eglise catholique a qualifié l'attentat d'«acte innommable», s'inquiétant du fait que chrétiens puissent devenir un «symbole à abattre». 

Dans le monde syndical, le président du Syndicat national des policiers municipaux (SNPM) Yves Bergerat, qui vit et travaille à Nice, s'est exprimé en ces termes : 
«Je suis vraiment dans l'émotion et la peine pour les victimes de cet odieux attentat. Toutes nos pensées vont donc aux victimes et proches. Concernant l'intervention de la police municipale qui a permis de neutraliser le mis en cause. Je ne peux que féliciter mes collègues. Et cela prouve encore une fois le statut de primo-intervenants des policiers municipaux et la nécessité que sur, tout le territoire, tous les policiers municipaux soient armés.»

Jean-Pierre Colombies, porte-parole de l'Union des policiers nationaux indépendants, a quant à lui affirmé qu' il est «évident que l'expression du geste terroriste musulman se radicalise, le principe de frapper une basilique est clairement de tuer des chrétiens et non pas de faire un attentat aveugle». Tout cela serait à mettre en parallèle à «la chasse aux Arméniens dans la rue par une certaine partie de la communauté turque». Il appelle par conséquent les responsables politiques à  «cesser tout complaisance».

Noam Anouar, délégué Syndical VIGI Police s'est également exprimé sur RT France, en appelant à lever le «tabou de la vidéo protection». 



[…]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub