VIDÉO - “Les démagogues, ça ose tout...” : Valérie Pécresse recadre Audrey Pulvar sur ses propositions en Ile-de-France - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 11 octobre 2020

VIDÉO - “Les démagogues, ça ose tout...” : Valérie Pécresse recadre Audrey Pulvar sur ses propositions en Ile-de-France

Alors que l'adjointe d'Anne Hidalgo chargée de l'agriculture et de l'alimentation durable a défendu, dans une interview au JDD, la gratuité des transports collectifs en Île-de-France, la présidente de la région, Valérie Pécresse, lui a sèchement répondu.

 . . . .  TITRE  ARTICLE . . . .

Par : valeursactuelles.com

La bataille pour les élections régionales semble bien lancée. En tout cas, en Ile-de-France. Ce dimanche 11 octobre, dans les colonnes du JDD, Audrey Pulvar, l'adjointe d'Anne Hidalgo chargée de l'agriculture et de l'alimentation durable, et possible tête de liste de gauche aux régionales en Île-de-France, a préconisé la gratuité des transports collectifs en Île-de-France. « C'est une question de justice sociale, d'accompagnement des classes populaires dans la transition écologique et de désenclavement des territoires », a-t-elle expliqué. Avant d’ajouter : « L'heure n'est pas à la candidature mais j'y suis prête ».

Invitée de BFMTV, Valérie Pécresse n’a pas manqué de commenter cette sortie de l’ancienne journaliste. « Vous me permettrez peut-être de paraphraser Michel Audiard. Michel Audiard disait : 'Les démagogues, ça ose tout, c'est à cela qu'on les reconnait'. Il n'avait pas employé le mot démagogue mais moi je paraphrase », a lancé la présidente de la région Ile-de-France en faisant référence à la célèbre réplique du dialoguiste dans les Tontons flingueurs (« Les cons, ça ose tout, c'est à cela qu'on les reconnaît »).

Pour l’élue, « les transports gratuits, cela n'existe pas. Les transports, cela coûte 10,8 milliards d'euros par an en Île-de-France, il y quatre milliards qui sont apportés par les voyageurs quand ils prennent leur ticket. S'il faut faire la gratuité, il va falloir trouver ces quatre milliards. » …   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub