VIDEO - Saint-Denis : Une cinquantaine d’individus agressent « physiquement » des élus en plein conseil municipal - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


vendredi 9 octobre 2020

VIDEO - Saint-Denis : Une cinquantaine d’individus agressent « physiquement » des élus en plein conseil municipal

Le conseil municipal de Saint-Denis a été «violemment» envahi le 8 octobre par une cinquantaine d'individus «survoltés» qui ont agressé «physiquement» de nombreux élus. Mathieu Hanotin, le maire PS de la ville, a annoncé que la mairie va porter plainte.

 VIDEO - Saint-Denis : Une cinquantaine d’individus agressent « physiquement » des élus en plein conseil municipal

Par : Ekaterina Bogdanova | fr.sputniknews.com

Plusieurs dizaines de manifestants se sont invités jeudi soir dans la salle en pleine réunion du conseil municipal de Saint-Denis (93) et s’en sont pris à des élus, a annoncé la mairie dans un communiqué.

«Le conseil municipal de Saint-Denis vient de reprendre après avoir été violemment envahi. La municipalité portera plainte dès demain face à cette agression violente», a écrit sur Twitter Mathieu Hanotin, le maire issu du Parti socialiste (PS).

Agressés «physiquement»

D’après le communiqué auquel se réfère Le Figaro, une cinquantaine d'individus «survoltés» ont envahi la salle. Parmi eux se trouvaient «des agents de la municipalité» tout comme «des inconnus violents». Plusieurs élus ont été agressés «physiquement» et verbalement.

L’intrusion s’explique par la réforme du temps de travail des agents municipaux à laquelle le groupe est «opposé». L'administration de la ville souligne qu’«il est inadmissible que ce lieu soit souillé par les exactions de quelques extrémistes».

«Aucune violence n’a sa place dans le débat démocratique»

Le président PS du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, a annoncé plus tard sur Twitter son «total soutien» aux élus de Saint-Denis, «notamment ceux qui ont été bousculés ou frappés».

«Aucune violence n’a sa place dans le débat démocratique et ceux qui la pratiquent se disqualifient, surtout quand ils ont été élus eux-mêmes», a-t-il également écrit.

…   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub