11 novembre confiné : “ une déchirure ” pour les anciens combattants - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 8 novembre 2020

11 novembre confiné : “ une déchirure ” pour les anciens combattants

Au moment où la France est plongée en plein confinement, les anciens combattants ne pourront pas assister aux commémorations de l'armistice de 1918. Une réalité qui a dû mal à passer.

11 novembre confiné : “ une déchirure ” pour les anciens combattants

Par : valeursactuelles.com

Ils avaient déjà été privés du 75ème anniversaire de la capitulation nazie passé à la trappe, le 8 mai dernier. Mercredi 11 novembre, les anciens combattants ne pourront pas assister aux commémorations de l'armistice de 1918. Un nouveau crève-cœur pour ces soldats. Comme le rapporte en effet France 3, si des cérémonies sont bien prévues, elles se feront en « format restreint » en présence des maires, députés et représentants de l’Etat. Mais la présence d’un porte-drapeau ne sera pas toujours assurée, comme à Châlons-en-Champagne. « Ça, ça ne passe pas ! », explique à France 3 Yves Frich, 83 ans, président du comité d’entente des anciens combattants. Et d’ajouter : « Je suis un ancien appelé d’Algérie. On a su me trouver à l’époque, mais aujourd’hui pour honorer les anciens il n’y a plus personne ! Ça donne l’impression que les autorités ne font une cérémonie que pour la forme.»

Les associations frappées par les démissions…

Pour Antoine Carenjot, directeur dans la Marne de l’office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), ce 11 novembre sans anciens combattants est une véritable « déchirure ». Derrière cette frustration se cache un problème beaucoup plus profond : les démissions de plus en plus nombreuses au sein des associations d’anciens combattants. « Certains estiment qu’ils ne peuvent plus mener à bien leur action associative. Pour eux, c’était pourtant une question de survie, avec une vie sociale très active », indique Antoine Carenjot qui rappelle que « les associations ont été créées dès l’origine pour permettre à ceux qui ont vécu la même expérience traumatique du feu d’échanger. » Un tableau noirci par le vieillissement des associations, touchées par de nombreux décès durant la crise sanitaire du Covid-19

[…]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub