Assassinat par un islamiste de Samuel Paty : un des suspects interpellés prévoyait de partir faire le djihad - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


samedi 7 novembre 2020

Assassinat par un islamiste de Samuel Paty : un des suspects interpellés prévoyait de partir faire le djihad

Nouvelles révélations dans l’enquête sur l’assassinat de Samuel Paty. L’un des trois suspects interpellés mardi dernier, 3 novembre, prévoyait de partir en Syrie.

Assassinat par un islamiste de Samuel Paty : un des suspects interpellés prévoyait de partir faire le djihad

Par : valeursactuelles.com

Dans la matinée de ce vendredi 6 novembre, trois semaines après la décapitation de Samuel Paty devant son collège de Conflans-Sainte-Honorine, trois suspects ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste et criminelle ». Ils avaient tous trois été interpellés en début de semaine. Parmi eux, selon une information du Point, un jeune homme de 18 ans a expliqué aux policiers vouloir partir « faire le djihad ».

D’origine tchétchène, ses deux parents figurent au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Interpellé en même temps que deux autres suspects – un autre jeune garçon de 18 ans et une jeune fille de 17 ans – il a fait part en audition de sa tentative de rejoindre la Syrie. Il affirme désormais vouloir faire le djihad en Tchétchénie, où l’Emirat du Caucase mène depuis 2007 d’importantes opérations terroristes. Lors de son interpellation, il lui était reproché d’avoir diffusé sur les réseaux sociaux la photo du corps décapité de Samuel Paty. Avec la jeune fille interpellée en même temps que lui, il échangeait également sur Snapchat des photos d’Abdoullakh Anzorov, le terroriste de Conflans-Sainte-Honorine.

Dix mises en examen

Selon France Bleu, dix personnes au total ont été mises en examen depuis l’assassinat de Samuel Paty. Outre les trois jeunes évoqués, la liste se compose de deux collégiens soupçonnés d’avoir donné des renseignements à Abdoullakh Anzorov en échange d’argent, du militant islamiste Abdelhakim Sefrioui qui avait participé à la campagne de pression ayant précédé la mort de l’enseignant, du parent d’élève à l’initiative de cette mobilisation et de trois connaissances du terroriste.

[…]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub