Condamné pour tentative de meurtre sur des gendarmes, Brahim Mokkadem se dit “stigmatisé” comme musulman - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mercredi 25 novembre 2020

Condamné pour tentative de meurtre sur des gendarmes, Brahim Mokkadem se dit “stigmatisé” comme musulman

L’homme, qui était jugé en appel après sa première condamnation en 2018, a indiqué avoir voulu mettre fin à ses jours pour justifier son geste.

Condamné pour tentative de meurtre sur des gendarmes, Brahim Mokkadem se dit “stigmatisé” comme musulman

Par : valeursactuelles.com

Il était jugé par la Cour d’assises du Loir-et-Cher en appel mardi 24 novembre. Condamné en 2018 à 15 ans de réclusion criminelle pour « tentative de meurtre » sur un gendarme à Mer en juillet 2015, Brahim Mokkadem était sommé de s’expliquer une nouvelle fois sur son geste. Mais lors de ces deux jours de procès, une autre question a été évoquée : celle de la radicalisation. En effet, selon La Nouvelle République, l’avocate générale a fait d’état des liens avec son frère, qui après avoir voyagé en Syrie, a été condamné pour « association de malfaiteurs en vue de commettre un attentat terroriste ».

Il n’en est rien pour les avocats du prévenu qui n’a jamais été entendu par les services de la DGSI ou de la DGSE, mettent-ils en avant. Mais selon l’administration pénitentiaire il se serait adonné à du prosélytisme en prison auprès d’autres détenus. Face à ces éléments, Brahim Mokkadem s’est permis de protester en se disant « stigmatisé » en tant que musulman.

Malaise ou tentative de suicide ?

Et pourtant, cette question de la radicalisation a été le fil rouge de ce procès en appel, même si l’accusé le répète : « Je n’avais plus de solution à ce moment-là, je voulais partir ». Il aurait donc voulu se suicider, lui qui était endetté à cause de grosses sommes perdues au PMU notamment. Mais face au mode opératoire employé, l’homme n’a pas de réelles explications. Il aurait foncé sur les gendarmes « comme ça », mais aussi pour « esquiver » un autre qui faisait des gestes de la main. Pas vraiment convainquant pour la Cour, alors que lors de son premier procès en 2018, l’accusé n’a eu de cesse de dire qu’il avait fait un malaise. « J’avais honte de dire à ma famille que je voulais me suicider », argue-t-il aujourd’hui.

Une version non crédible pour l’avocate générale, décrit La Nouvelle République, pour qui Brahim Mokkadem a agi « délibérément, foncé sur les gendarmes qu’il avait identifiés comme tel ». Malgré les errances de l’enquête dénoncés par ses avocats, l’homme a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle pour tentative d’assassinat sur les trois gendarmes. Lors de son premier procès, il n’avait été reconnu coupable de « tentative de meurtre » que sur l’un des trois militaires […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub