France 2 annule une émission en banlieue parce que “la police ne peut pas assurer la sécurité” - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


vendredi 27 novembre 2020

France 2 annule une émission en banlieue parce que “la police ne peut pas assurer la sécurité”

L’émission politique “Vous avez la parole” s’est finalement tenue en plateau comme à son habitude puisque la sécurité des équipes ne pouvait être assurée, a révélé le journaliste Thomas Sotto.

France 2 annule une émission en banlieue parce que “la police ne peut pas assurer la sécurité”

Par : valeursactuelles.com

Une émission sur le thème « une crise de l’autorité ? », une délocalisation en banlieue, en présence du porte-parole du gouvernement… l’idée avait de quoi séduire sur le papier. France 2 a longtemps envisagé en effet de faire son émission « Vous avez la parole » à Grigny dans l’Essonne, comme l’a révélé le journaliste et présentateur Thomas Sotto au cours de l’émission. Mais cela n’a pas pu se faire, a-t-il expliqué par la suite : « On va dire les choses franchement. C'était notre projet de départ. On nous a dit 'on n'est pas sûr, on n'est pas capable de sécuriser les lieux' », dévoile-t-il alors qu’il a en face de lui le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. « Est-ce qu'aujourd'hui, en 2020 en France, ce n'est pas un problème de se dire qu'on ne peut pas faire une émission de télévision en banlieue parisienne en étant sécurisé ? Ce sont les forces de l'ordre qui nous ont dit ça », rétorque le journaliste au secrétaire d’Etat.

« L’Etat s’est désengagé »

La réponse de Gabriel Attal est sans détour : « Évidemment que c'est un problème. Mais vous êtes conscient que c'est un problème qui ne date pas d'aujourd'hui. Peut-être qu'on vous aurait apporté la même réponse il y a quelques années », lance-t-il.

Alors invité à réagir, le maire de Perpignan, Louis Aliot, s’emporte : « On peut être d’accord sur le constat, mais qu’est-ce qu’on fait ? L’Etat s’est désengagé […] C’est extravagant, parce que si vous n’arrivez pas à tenir une émission du service public, somme toute assez conventionnelle dans une ville comme Grigny, c’est que c’est à se désespérer de tout et que les politiques peuvent rentrer à la maison. » Le porte-parole du gouvernement a insisté sur le fait que le problème existe depuis « des décennies peut-être » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub