Islamisme : “ Un tiers de mes élèves conteste le programme...! ”, assure une professeure de banlieue parisienne - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

mercredi 18 novembre 2020

Islamisme : “ Un tiers de mes élèves conteste le programme...! ”, assure une professeure de banlieue parisienne

L'enseignante s'est confiée anonymement en interview, un mois après le drame de Conflans-Sainte-Honorine.

Islamisme : “Un tiers de mes élèves conteste le programme”, assure une professeure de banlieue parisienne

Par : valeursactuelles.com

Il y a les récentes (et atterrantes) études de l'Ifop sur la proportion de jeunes musulmans hostiles à la République, et il a la réalité du terrain. Cette dernière, une professeure de banlieue parisienne, comme Samuel Paty, la raconte à Ouest-France. « Un tiers d’une classe qui conteste le programme, c’est effrayant, ça va être difficile à déconstruire », se lamente-t-elle, expliquant les raisons de ses inquiétudes.

« Rassurez-moi, vous n’allez pas me décapiter ? »

Elle se rappelle du 2 novembre, la rentrée des classes qui suit, deux semaines après, l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine. En fin de cours, elle décide de soumettre un questionnaire anonyme à ses élèves. Y figurent trois questions : « Que s’est-il passé le 16 octobre ? » ; « Qu’avez-vous retenu du discours d’Emmanuel Macron lors de l’hommage à Samuel Paty ? » ; « Y a-t-il des points que vous souhaitez évoquer ? ».

En prenant connaissance des réponses, la fonctionnaire est « tombée de [sa] chaise ». « En résumé, un tiers des élèves disait : 'Ce n’est pas normal de critiquer l’islam, comme les autres religions, d’ailleurs' ; 'C’était mieux avant quand il n’y avait pas de liberté d’expression' ; 'Pourquoi les caricatures sont-elles aux programmes ?' ; 'Je ne vois pas l’intérêt de parler de tout ça' », se souvient la professeure. Puis, en fin de cours, elle tente un trait d'humour : « Rassurez-moi, vous n’allez pas me décapiter ? », demande-t-elle. Un élève lui rétorque : « Vous inquiétez pas. Pas vous… » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub