Jeremy Corbyn, Jean-Luc Mélenchon et l'antisémitisme : l'aveuglement criminel de l'islamogauchisme - Par Gilles-William Goldnadel - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 2 novembre 2020

Jeremy Corbyn, Jean-Luc Mélenchon et l'antisémitisme : l'aveuglement criminel de l'islamogauchisme - Par Gilles-William Goldnadel

Chaque semaine, notre chroniqueur et avocat Gilles-William Goldnadel livre aux lecteurs de Valeurs actuelles son regard sur l'actualité.

Jeremy Corbyn, Jean-Luc Mélenchon et l'antisémitisme : l'aveuglement criminel de l'islamogauchisme

Par : . . . . (Source-Auteur) | . . . .

Est-il vraiment utile que je me mette à recenser compulsivement les articles que j'aurais commis dans ces colonnes comme dans celles du Figaro pour alerter les Français sur l'antisémitisme virulent de Jeremy Corbyn ? Toujours est-il qu'au-delà du cercle vertueux de mes lecteurs je doute profondément de leur utilité à destination des donneurs de leçons de vertu antiraciste.

J'ai eu beau expliquer, textes à l'appui, que le leader du Parti travailliste ne se contentait pas d'être un vulgaire islamogauchiste simplement complaisant envers l'islamisme radical. Qu'il était bien plus que cela. Qu’il considérait les mouvements terroristes Hamas et Hezbollah, littéralement, comme des « amis ». Qu'il était allé s'incliner à Tunis devant la tombe d'un terroriste avéré. Qu'il était intervenu pour tenter de sauver la mise d’un leader de l'islamisme radical dirigeant une mosquée à Londres et ayant participé à un blanchiment de fonds pour un mouvement terroriste. Qu'il avait refusé de condamner des dessins de juifs les présentant avec les archétypes nasaux et financiers traditionnels.

Rien n'y fit.

Il fallut que Corbyn  fut vaincu par Johnson pour que son parti, le Labour, procède enfin à un examen de conscience et se résigne à regarder en face l'attitude de son extrême gauche en général et de son ancien chef en particulier. L'enquête vient d'être menée jusqu'à son terme et Jeremy Corbyn  suspendu la semaine passée de son parti, jugé coupable d'avoir laissé faire, sinon encourager l'antisémitisme de ses membres islamistes ou radicaux.

Rien de nouveau, à vrai dire, sous le soleil rouge du clientélisme sans état d’âme de l'extrême gauche la plus prosaïque.

En France, chez les socialistes, l'aile radicale de Jules Guesde avait refusé de défendre le bourgeois juif et militaire Dreyfus pour ne pas désespérer le prolétariat antisémite.

Le Parti communiste ne fit pas autrement pour insulter « les juifs » bourgeois Blum, Mandel et Moch, y compris sous l’occupation nazie.

Et aujourd’hui, c'est toujours en France que l'histoire du déni de l'antisémitisme de Corbyn  est un enseignement ,qui transcende largement la question juive, sur l'aveuglement de l'islamogauchisme.

Cécité de l'islamogauchisme prolétarien d'abord, celui d'un Mélenchon dans la pure tradition de Jules Guesde et de Frachon. Non que l'homme soit forcément antisémite, et peu importe d’ailleurs, il est seulement buté et indifférent. Que lui chaut la souffrance juive s'il peut conserver la confiance de Villejuif et de Bobigny ?

C'est dans ces conditions qu'il aura toujours soutenu son camarade antisémite d'outre-Manche et aura poussé l'extrême bassesse jusqu'à reprocher publiquement au Grand rabbin d'Angleterre d'avoir mis à bas électoralement son compère.

Quant au journal Le Monde, c'est encore pire, si l'on peut dire, au regard des leçons d’antiracisme qu'il inflige chaque jour et même à ceux qui ne veulent pas en prendre.

Le jour du 9 décembre 2019 où il se sera déshonoré, comme je l’ai écrit ici le 16 qui suivit, aura été celui où il aura commis un éditorial officiel, la veille de l'élection législative britannique, pour espérer la victoire du socialiste indigne plutôt que celle du « populiste » Johnson.

Je publie cet article non pour porter le coup de grâce à l'ancien leader travailliste mais pour montrer combien l'aveuglement criminel de l'islamogauchisme, qu'il soit prolétarien ou bien qu'il soit mondain, devrait valoir disgrâce […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub