Migrants : à Calais, 867 camps ont été démantelés… en moins d’une année - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


dimanche 29 novembre 2020

Migrants : à Calais, 867 camps ont été démantelés… en moins d’une année

Le chiffre, calculé entre le 1er janvier et le 26 novembre 2020, émane du collectif Human Rights Observers.

Migrants : à Calais, 867 camps ont été démantelés… en moins d’une année

Par : valeursactuelles.com

La statistique est pour le moins parlante. Symbole du flux incessant de migrants illégaux qui tentent de rallier le Royaume-Uni depuis la France, Calais est submergé : d’après le Journal du dimanche, qui s’appuie sur des données collectées par le collectif interassociatif Human Rights Observers, pas moins de 867 camps ont été démantelés à Calais en moins de onze mois : du 1er janvier au 26 novembre. On apprend aussi que 298 migrants ont été interpellés durant ces opérations.


Des migrants jusque sur la place de la République

Le reste du pays n’est pas en reste, et notamment l’Île-de-France, où les évacuations se succèdent. C’est dans ce contexte de rapport de force incessant entre policiers et habitants de ces camps que des heurts ont éclaté lundi 23 novembre, à Paris, lorsque les membres des forces de l’ordre ont évacué quelque 500 migrants qui s’étaient installés place de la République, soit en plein cœur de la capitale.

De là est née une vive polémique après que des policiers ont été vus faisant usage de la violence au cours de cette opération. Un journaliste de Brut a également été « molesté », assure le média. Gérald Darmanin s’est ensuite ému d’« images choquantes » et a demandé un « rapport circonstancié au préfet de police de Paris ». Ce dernier, Didier Lallement, a pour sa part proposé « la saisine de l’IGPN sur plusieurs faits inacceptables » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub