Mila prend la parole pour «rétablir la vérité» : «Je n’ai rien contre les musulmans...!» - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 17 novembre 2020

Mila prend la parole pour «rétablir la vérité» : «Je n’ai rien contre les musulmans...!»

Dans un communiqué publié le 16 novembre, l'adolescente Mila tient à souligner qu’elle n’a «rien contre les musulmans» et qu’elle répond «tout simplement à ceux qui veulent nous soumettre à un diktat». Elle indique également qu'elle va se faire plus discrète sur les réseaux sociaux. «Je tente de retrouver une vie normale», conclut-elle.

 Mila prend la parole pour «rétablir la vérité» : «Je n’ai rien contre les musulmans...!»

Par : fr.sputniknews.com

Au cœur d’une nouvelle tempête médiatique à cause de ses propos sur l’islam, Mila, adolescente iséroise de 17 ans, a diffusé sur les réseaux sociaux un long communiqué pour «lever les ambiguïtés et rétablir la vérité».

«Je réponds avec humour et pacifisme à des offensives d’une violence inouïe, mais je me sens impuissante et surtout en insécurité. Je tiens à rappeler que je n’ai rien contre les musulmans. Je réponds tout simplement à ceux qui veulent nous soumettre à un diktat. Et je réponds en m’attaquant à cette conception extrémiste d’une religion et non pas à tous les croyants», a-t-elle écrit.


«Dans cette affaire, c’est moi la victime»

Mila indique également qu’elle n’est «coupable de rien, sinon de m’être prononcée publiquement sur des réseaux sociaux où s’étalent une violence et une vulgarité bien supérieures à ce que j’ai pu exprimer». «Dans cette affaire, c’est moi la victime. Et ceux qui menacent de mort sont les coupables.»

Mila tente de retrouver «une vie normale»

Finalement, l’adolescente dit qu’elle va essayer, à l’issue de ce communiqué, «dans la mesure du raisonnable», de se faire «plus discrète sur les réseaux sociaux».

Et d’ajouter de «garder espoir qu’un jour, je n’aurais même plus à parler de cette triste histoire».

«Je tente de retrouver une vie normale, celle d’une jeune fille de 17 ans. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il s’agit pour moi de renoncer à ma liberté d’ […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub