Mort de Samuel Paty : deux élèves suspectés d’avoir échangé avec le terroriste islamiste - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 1 novembre 2020

Mort de Samuel Paty : deux élèves suspectés d’avoir échangé avec le terroriste islamiste

Quelques jours avant l’attaque contre un professeur à Conflans-Sainte-Honorine, il y aurait eu une “connexion” entre l’assaillant et deux élèves du collège du Bois d’Aulne.

Mort de Samuel Paty : deux élèves suspectés d’avoir échangé avec le terroriste islamiste

Par : valeursactuelles.com

La fille de Brahim Chnina et un élève du collège pourraient-ils être liés à l’assaillant de Conflans-Saint-Honorine ? C’est ce qu’évoque le Journal du Dimanche ce 1er novembre. Selon les informations de l’hebdomadaire, une « connexion » aurait eu lieu plusieurs jours avant l’attentat lors duquel le professeur Samuel Paty a été décapité à Conflans-Sainte-Honorine par un terroriste tchétchène du nom d’Abdoullakh Anzorov. La fille de Brahim Chnina - le parent d'élève mis en examen pour avoir révélé dans une vidéo le nom de l’enseignant, qui avait montré des caricatures à ses élèves, et l'adresse de son collège - mais aussi un élève du collège, sont tout deux suspectés d’être liés au terroriste. L’adolescent de 14 ans, prénommé M., avait été mis en examen pour avoir désigné Samuel Paty à Abdoullakh Anzorov en échange de 300 euros.

La fille de Brahim Chnina sera prochainement entendue

D’après une source du JDD, ces trois personnes auraient discuté sur les réseaux sociaux. La police est toujours en train de tenter de prouver les faits étant donné que M. aurait effacé une grande partie des messages pour éviter que son père ne les voie. Quant à la fille de Brahim Chnina, qui n’était pas présente lors du cours de Samuel Paty sur les caricatures, elle sera bientôt entendue. En revanche, M. est déjà passé par un interrogatoire…

Il « s'en fout » des caricatures et voulait une PlayStation

L’adolescent a avoué aux enquêteurs que le terroriste l’avait abordé le 16 octobre dernier à la sortie de l’école. Les deux jeunes auraient discuté plus d’une heure. Abdoullakh Anzorov a alors demandé l’identité de Samuel Paty en échange de 300 euros en petites coupures pour M.. Le collégien aurait été focalisé sur l’argent, car il rêvait de s’acheter une PlayStation. Il « s'en fout » des caricatures, a-t-il assuré lors de son interrogatoire. Il s’est ensuite justifié en expliquant qu’il ne savait pas que Samuel Paty pouvait être en danger de mort. M. pensait qu’il allait simplement être insulté voire molesté, relate le JDD. Pourtant, un autre mineur entendu par la police a déclaré qu’il se doutait que l’enseignant risquait sa vie.

La famille de M. est maintenant dans l’embarras et compte même déménager. Selon les informations du JDD, son père, « musulman modéré », serait effondré de la mort de Samuel Paty. « Il se fait insulter dans la rue. Il baisse la tête, il comprend la colère des gens », a déploré son avocat Me Attias. L’adolescent fera sa rentrée scolaire dans un autre établissement, loin des Yvelines où il est dorénavant interdit de séjourner, relate le JDD […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub