Mutilation de chevaux : la grande crainte en Haute-Garonne (31) - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 15 novembre 2020

Mutilation de chevaux : la grande crainte en Haute-Garonne (31)

La Haute-Garonne n’est pas épargnée par les cas suspects de mutilations sur les chevaux et autres mammifères. Deux propriétaires ont accepté de témoigner.

Mutilation de chevaux : la grande crainte en Haute-Garonne

Par : ladepeche.fr

C’est le cas de cette habitante d’une commune du nord de Toulouse souhaitant rester anonyme. Il y a une dizaine de jours, elle retrouve son équidé en état de choc, le corps couvert de blessures. Le rapport du vétérinaire conclut à l’attaque d’un animal errant. Une conclusion accueillie avec circonspection par sa propriétaire. "Les blessures ne coïncident avec aucun animal répertorié. Je ne veux porter aucune conclusion, ma peine je la gère, je veux simplement dire à tout le monde d’être vigilant." La propriétaire assure avoir mis en place des mesures pour protéger son animal.

Philippe Kuntz, lui, a accepté de nous recevoir. Propriétaire d’un domaine à Castelnau-d’Estrétefonds, ce passionné de cheval règne sur près de 150 équidés. Le 31 octobre dernier, l’un de ses employés découvre un triste spectacle au petit matin : un poulain de 5 mois est retrouvé mort en bas d’un talus. "Il était éventré profondément et n’avait plus ses organes génitaux. J’élève des chevaux depuis 35 ans, et cela ne m’était encore jamais arrivé !"

L’homme est d’autant plus peiné qu’il veillait avec une particulière attention sur le petit cheval. "Sa mère est une ancienne championne. Elle est âgée et très fragile. On s’est beaucoup occupé d’elle et de son bébé. Il était magnifique : couleur crème avec les yeux bleus." Pour le vétérinaire qui a examiné le poulain, celui-ci s’est empalé sur des branches. Une conclusion qui ne convainc pas du tout Philippe. "Je ne peux qu’émettre des hypothèses. Je ne peux pas dire que quelqu’un est venu faire ça, mais les explications que l’on m’a données ne sont pas raisonnables. Je pense que les autorités et les vétérinaires sont très gênés et veulent éviter de faire souffler un vent de panique parmi la population."

Depuis le drame, Philippe assure qu’il a renforcé la surveillance de son domaine de plusieurs façons. Outre cette tragédie, la période est compliquée pour ce grand sensible. Le confinement a un impact significatif sur son chiffre d’affaires. Combien de solipèdes ont-ils été victimes de tels sévices en Haute-Garonne ? À l’heure actuelle, difficile d’avoir des données précises. Sollicitée sur le nombre de plaintes pour blessures suspectes sur les équidés dans le département, la préfecture n’a pas encore répondu. Le collectif Urgence chevaux et milieu rural en danger estime que 200 enquêtes sont en cours en France, et que 400 cas suspects ont été recensés depuis le début de l’année.

Des bénévoles à la rescousse

Depuis plusieurs semaines, des particuliers touchés par le sort des chevaux, ont décidé de venir en aide aux propriétaires d’équidés. C’est le cas de Cédric Fargues, un habitant de Muret. "Je fais partie d’un groupe Facebook pour les passionnés de 4X4. Ce groupe nous permet d’échanger et de s’entraider. Quand on a entendu parler des mutilations sur les chevaux, on a décidé d’élargir notre aide aux propriétaires." Tous les week-ends, de 19heures à 8heures, ce menuisier de profession et ses amis effectuent des rondes sur différents sites en fonction de la demande.

L’homme est d’autant plus peiné qu’il veillait avec une particulière attention sur le petit cheval. "Sa mère est une ancienne championne. Elle est âgée et très fragile. On s’est beaucoup occupé d’elle et de son bébé. Il était magnifique : couleur crème avec les yeux bleus." Pour le vétérinaire qui a examiné le poulain, celui-ci s’est empalé sur des branches. Une conclusion qui ne convainc pas du tout Philippe. "Je ne peux qu’émettre des hypothèses. Je ne peux pas dire que quelqu’un est venu faire ça, mais les explications que l’on m’a données ne sont pas raisonnables. Je pense que les autorités et les vétérinaires sont très gênés et veulent éviter de faire souffler un vent de panique parmi la population […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub