Plusieurs menaces de décapitation envoyées à l’équipe d’une papeterie à Toulouse via une imprimante piratée - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mercredi 4 novembre 2020

Plusieurs menaces de décapitation envoyées à l’équipe d’une papeterie à Toulouse via une imprimante piratée

Une papeterie de Toulouse a reçu de nombreuses menaces de «décapitation» par le biais d’une de ses imprimantes, cible d’un piratage à distance, indique La Dépêche du midi. Le patron a porté plainte.

Plusieurs menaces de décapitation envoyées à l’équipe d’une papeterie à Toulouse via une imprimante piratée

Par : Anna Borissova | fr.sputniknews.com

Une imprimante appartenant à une papeterie située dans l’agglomération de Toulouse, en Haute-Garonne, a été prise pour cible par des hackers le 28 octobre, la veille de l’attentat de Nice, rapporte La Dépêche du midi.

Selon le quotidien, l’appareil semble avoir été commandé à distance pour imprimer des feuilles comportant des menaces terroristes.

Arrivés au travail, des salariés de l’entreprise ont découvert sur 500 feuilles A4 des têtes décapitées accompagnées de textes: «Vous vous moquez de notre religion, on vous coupe la tête, c’est assez simple», comme l’indique le média.

En outre, les caméras de surveillance ont montré que l’imprimante s’était mise à fonctionner toute seule durant la nuit.

Une deuxième attaque

Comme l’indique le quotidien, un responsable a dit avoir pensé à un canular. Mais l’incident s’est reproduit le lendemain, en fin d’après-midi.

Et cette fois-ci, des visages d’Emmanuel et Brigitte Macron sont apparus sur les feuilles, suivis de menaces de décapitation.

«On vous surveille», était-il écrit dans le nouveau message.

Comme il s’agit d’une imprimante en libre-service, un client aurait pu «facilement relever son IP pour la pirater à distance», suggère le gérant de la structure, cité par La Dépêche du midi. «C’est une possibilité», a-t-il ajouté.

Suite à cet incident, une plainte a été déposée «vu le climat très tendu suite à la vague d’attentats qui s’abat sur le pays», a déclaré le responsable cité par le quotidien.

Le parquet de Toulouse a ainsi ouvert une enquête qui a été confiée à la police judiciaire […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub