Quand Anne Hidalgo rime avec toujours plus d’impôts

Plutôt que de faire des économies dans le budget de la Ville de Paris en temps de crise, la Maire de Paris veut dépenser toujours plus. Pour financer l’augmentation des dépenses dans un contexte de diminution des recettes, Anne Hidalgo propose de relever certaines taxes pour les propriétaires et de faire payer le stationnement aux deux toues motorisées.

Quand Anne Hidalgo rime avec toujours plus d’impôts

Par : Frédéric Paya | valeursactuelles.com

Cela pourrait très bien être un sujet d’économie pour le bac. Comment boucler un budget municipal 2021 d’un montant supérieur à 8 milliards d’euros avec des recettes en baisse de 1,4 %, des dépenses de fonctionnement en hausse de 2,1%, un coût de crise sanitaire estimé à 800 millions d’euros en 2020, la promesse de ne pas augmenter les impôts (notamment la taxe foncière) et un endettement qui augmentera de 1 milliard d’euros dépassant 7,1 milliards à la fin de 2021 ? C’est la question à laquelle les membres du Conseil de Paris vont être amenés à se pencher et à répondre lors du débat d’orientation budgétaire jeudi prochain avant un vote définitif au cours du mois de décembre.

Le Parisien vient de dévoiler les grandes pistes explorées par l’équipe municipale en place. Une méthode fortement ancrée à gauche puisqu’il s’agit non pas de faire des économies dans les dépenses de fonctionnement, comme un bon père de famille l’aurait fait (vision très patriarcale et capitaliste dénonceront les féministes), mais d’augmenter les rentrées (vision humaniste qui consiste, au nom d’une solidarité à sens unique, à prendre aux uns, considérés […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Commentaires

Suivez nous sur :

Posts les plus consultés de ce blog

Johanna Clermont : qui est le nouveau visage de la chasse en France?

[VIDEO] - L'auteur britannique Salman Rushdie poignardé sur scène lors d'une conférence

L’inflation atteint 6,1 % en juillet en France, un record depuis 1985

L’ex-ministre Emmanuelle Wargon recasée dans une commission malgré le vote contre des parlementaires