Récupération de Samuel Paty : comment Mélenchon a tenté de masquer ses compromissions avec l'islamisme - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


samedi 28 novembre 2020

Récupération de Samuel Paty : comment Mélenchon a tenté de masquer ses compromissions avec l'islamisme

En portant fièrement l'écharpe tricolore pour rendre hommage à Samuel Paty, Jean-Luc Mélenchon et les insoumis n'ont pas réussi à faire oublier des années de compromissions avec l'islamisme. Récit.

Récupération de Samuel Paty : comment Mélenchon a tenté de masquer ses compromissions avec l'islamisme

Par : Jules Torres | valeursactuelles.com

Dimanche 18 octobre, après-midi morose. Jean-Luc Mélenchon déambule place de la République, au milieu de Français épuisés de voir leurs compatriotes perdre la vie. Le matamore insoumis vient rendre hommage à Samuel Paty, ce professeur de la République décapité par un réfugié tchétchène deux jours plus tôt. Sauf que cette fois-ci, sur cette place devenue un lieu de recueillement après les terribles attentats de 2015, la récupération politicienne ne passe pas. Un peu moins d'un an auparavant, le 10 novembre 2019, Jean-Luc Mélenchon et ses camarades manifestaient dans les rues de Paris aux côtés des islamistes - notamment l'ancien directeur du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) Marwan Muhammad, proche de Tariq Ramadan, des Frères musulmans et de Baraka-City - qui scandaient « Allahu akbar » à deux pâtés de maisons du Bataclan.

Le voir céans provoque alors quelques remous. En revenant de week-end, une présentatrice vedette confiera avoir eu « un haut-le-cœur » en voyant les images d'un Mélenchon en pareil endroit. Dans un édito pour le Club de Valeurs actuelles, Gilles-William Goldnadel argue que « manifester aux côtés de MM. Mélenchon et Coquerel et de Mme Obono contre l'islamisme criminel, c'est marcher à côté d 'un fabricant de cigarettes dans une manifestation contre le cancer ». Jean-Luc Mélenchon s'efforce de redorer le blason de son mouvement, sermonné par le milieu politique pour ses compromissions avec l'islamisme. Une chose est sûre, la présence de l'escouade insoumise déplaît. Les ennuis vont se succéder. Les “Tchétchènes” seront le point d'orgue d'une journée noire.

Le voile tchétchène

En politique, il vaut mieux jouer avec des Frisbees qu'avec des boomerangs. Le trotskiste le sait mieux que quiconque. Mais l'expérience n'empêche pas les erreurs. Il y a en France « un problème avec la communauté tchétchène », jure l'ancien ministre de gauche dans une sortie hasardeuse, en rappelant les heurts provoqués par des Tchétchènes à Dijon, en juin, et l'origine du tueur de Samuel Paty. La stigmatisation d'une communauté, dans une logique clientéliste, ne passe pas. En une intervention, Jean-Luc Mélenchon tente de faire passer le problème islamiste pour un problème tchétchène et souhaite détourner l'attention pour ne pas froisser son électorat musulman.

L'insoumis appartient à cette caste d'hommes politiques dont l'art de faire diversion n'est plus à démontrer. Ce 12 novembre sur BFM TV, “Méluche” va même plus loin en affirmant, sans vergogne, qu'il y a en France « une haine des musulmans déguisée en laïcité », reprenant ici la même rhétorique que le CCIF… organisateur de la manifestation contre l'islamophobie, aujourd'hui désigné comme une « officine islamiste » par le gouvernement. Cette fois-ci, l'hameçon semble trop gros. « Lorsque Jean-Luc Mélenchon incrimine les Tchétchènes plutôt que l'islam ou les Maghrébins, c'est parce qu'il sait très bien que les Tchétchènes ne voteront pas pour lui , déduit le philosophe Pascal Bruckner, qui, comme Alain Finkielkraut, fut proche de la gauche. Il a conscience qu'ils sont peu nombreux en France. Il est motivé par une sorte de clientélisme. » Emblématique, la séquence s'inscrit en plein cœur de la dérive de Jean-Luc Mélenchon, cet ancien chef de file des laïcs aujourd'hui passé sous les fourches Caudines de l'islamo- gauchisme.

Les infréquentables

Depuis son échec électoral de 2017, malgré un très bon score (19,58 %), le président du groupe La France insoumise (LFI) à l'Assemblée nationale chute dans les tréfonds de l'indigénisme et devient un porte-flingue de l'islamisme. « Jean-Luc Mélenchon tente de protéger son stock électoral. Pratiquement tous les députés de La France insoumise sont élus dans des territoires avec une très forte pro-portion de personnes issues de l'immigration musulmane », confie Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national. Le candidat à l'élection présidentielle, qui avait recueilli, selon un sondage Ifop, 37 % de l'électorat musulman en 2017, aurait-il fait la même sortie si le tueur de Samuel Paty avait été marocain ou algérien ? Convoquer la communauté tchétchène consiste à baisser la lumière sur ce fléau qu'est l'islam politique.

« Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur du monde », comme l'écrivait Albert Camus. En quelques jours, Jean-Luc Mélenchon a utilisé plus souvent qu'en dix ans le mot “islamisme”. Toutefois, prendra-t-il un jour exemple sur Meursault lors de son procès dans l'Étranger : « J'ai senti alors quelque chose qui soulevait toute la salle et, pour la première fois, j'ai compris que j'étais coupable. » Coupable de quoi, Mélenchon ? Notamment d'avoir signé un texte qui expliquait que certaines lois françaises étaient « liberticides » à l'encontre des musulmans, notamment celles contre les signes religieux à l'école de 2004 et de 2010 interdisant le voile intégral. Pourtant, Jean-Luc Mélenchon comparait, en février 2017 dans l'Émission politique sur France 2, le voile à un « chiffon sur la tête ».

La participation de Jean-Luc Mélenchon à la manifestation contre l'islamophobie, quand bien même il contes- tait le terme en 2015, ainsi que sa récupération ratée place de la République, fait de La France insoumise un mouvement aujourd'hui infréquentable. « La basse récupération des insoumis ne trompe personne. Leur appel à l'unité est fallacieux , accuse Bruckner. Je me réjouis que des ministres de poids dénoncent avec virulence leur islamo-gauchisme. La décapitation de Samuel Paty a été le Pearl Harbor de la guerre contre l'islamisme. Tous les complices de l'islamisme, par passivité, opportunisme ou conviction, devraient à juste titre s'inquiéter. Leur épuration ne fait que commencer. Si nous ratons ce moment historique, notre pays est […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub