Reims (51) : un mineur de confession musulmane mis en examen pour avoir tenté d’étrangler son professeur - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 8 novembre 2020

Reims (51) : un mineur de confession musulmane mis en examen pour avoir tenté d’étrangler son professeur

Un lycéen de 15 ans a reconnu avoir agressé son professeur. Alors que le parquet national antiterroriste a été informé, le mineur a été placé dans un établissement public éducatif.

Reims (51) : un mineur de confession musulmane mis en examen pour avoir tenté d’étrangler son professeur

Par : valeursactuelles.com/

Alors que la France est toujours sous l’émotion de l’assassinat de Samuel Paty, un enseignant a été victime d’une agression au sein même de sa classe, à Reims. Comme le rapporte France Bleu, un élève de 1ère, âgé de 15 ans, a été mis en examen pour violences volontaires sans incapacité totale de travail sur une personne chargée de mission de service public.

Selon le procureur de la République de Reims, le mineur a tenté d'étrangler son professeur. Ce dernier a réussi à se libérer avant d’alerter le personnel de l'établissement. L’élève a pu être interpellé sur la voie publique par des agents de police et placé en garde à vue.

Inconnu des services de police

Selon les précisions de France Bleu, l’individu a reconnu les faits lors de son audition. Dans un communiqué relayé par France Bleu, Matthieu Bourrette, procureur de la République de Reims, indique que le Lycéen a expliqué avoir réagi « à une première agression physique de la part du professeur qui l'aurait volontairement heurté avec la porte de la salle de classe ». De nationalité lettone et de confession musulmane, l’adolescent a assuré que son geste n’avait aucun lien avec l'attentat perpétré à l'encontre de Samuel Paty, les caricatures de Mahomet et la minute de silence organisée lundi dernier.

Inconnu des services de police, l'agresseur présumé a été présenté à un juge des enfants puis placé dans un établissement public éducatif. Le parquet national antiterroriste a été tenu informé des faits « afin de lui permettre de procéder à toute évaluation utile » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub