Samuel Paty : enquête ouverte pour apologie de terrorisme contre deux collégiens à Strasbourg - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 3 novembre 2020

Samuel Paty : enquête ouverte pour apologie de terrorisme contre deux collégiens à Strasbourg

Cette enquête a été ouverte à Strasbourg après des incidents survenus lundi lors de l'hommage au professeur assassiné Samuel Paty. Elle vise deux adolescents de 12 ans, scolarisés dans des collèges publics.

Samuel Paty : enquête ouverte pour apologie de terrorisme contre deux collégiens à Strasbourg

Par : Le Figaro avec AFP / lefigaro.fr

Une enquête pour apologie de terrorisme visant deux collégiens a été ouverte à Strasbourg après des incidents survenus lundi lors de l'hommage au professeur assassiné Samuel Paty, a indiqué mardi 3 novembre le parquet.

L'enquête, confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Strasbourg et à la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Bas-Rhin, vise deux adolescents de 12 ans, scolarisés dans des collèges publics de l'agglomération strasbourgeoise, a indiqué le parquet de Strasbourg, confirmant des informations du quotidien régional Les Dernières Nouvelles d'Alsace.

Lors des échanges entourant la minute de silence en hommage à Samuel Paty, les deux adolescents auraient tenu des propos laissant entendre qu'ils justifiaient l'assassinat du professeur, a confirmé le parquet.

Par ailleurs, deux autres incidents ont également été signalés à la justice, concernant cette fois des enfants de 8 et 9 ans, et scolarisés dans des écoles primaires. Une «évaluation sociale par les services du département» du Bas-Rhin a été ordonnée, a précisé le parquet de Strasbourg.

Depuis l'assassinat de Samuel Paty, 66 enquêtes pour apologie du terrorisme ont été ouvertes à la suite de signalement à la plateforme Pharos, chargée de détecter les contenus en ligne illicites, a indiqué lundi Gérald Darmanin. «Les interpellations que nous faisons sont souvent le fait de jeunes personnes, qui ont entre 12 et 16 ans, qui utilisent des mots extrêmement crus», avec une «habitude face à l'hyper violence, notamment inspirée par l'Etat islamique, extrêmement préoccupante», a ajouté le ministre […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub