Sarkozy sur Macron : “Je lui donne des conseils, mais il n’écoute pas...!” - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


vendredi 20 novembre 2020

Sarkozy sur Macron : “Je lui donne des conseils, mais il n’écoute pas...!”

Les deux hommes, “en léger froid” depuis cet été, ont quelques reproches à s’adresser.

Sarkozy sur Macron : “Je lui donne des conseils, mais il n’écoute pas”

Par : valeursactuelles.com

Plus proches l’un de l’autre qu’ils ne l’ont jamais été de François Hollande, Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron affichent une certaine complicité. Ils ont d’ailleurs déjeuné ensemble le 17 novembre à l’Elysée, mais ne s’étaient plus rencontrés depuis la fin juin, selon des informations du Point. Un « léger froid », note l'hebdomadaire, assez inhabituel pour être souligné, mais qui tiendrait à plusieurs raisons.

« Tout ça finira mal »

Du côté du président en exercice, on aurait peu goûté que l'ancien patron de la droite s’enorgueillisse des nominations de Gérald Darmanin à l’Intérieur, de Jean Castex à Matignon et de l’arrivée, au service du nouveau Premier ministre, de l’ancienne plume sarkozyste, Camille Pascal. « Nous sommes à la mode, mes amis ! », se serait félicité l’ancien chef de l’Etat auprès de son entourage.

De son côté, Nicolas Sarkozy jugerait peu efficace la gestion de la crise du Covid-19 par le gouvernement. « Tout ça finira mal », estimerait-il en privé. Et de déplorer, à propos de son successeur : « Je lui donne des conseils, mais il ne les écoute pas ».

« Si Macron dévissait, qui serait le recours ? Lui ! »

Alors, le fondateur des Républicains pourrait-il se positionner pour 2022, lui que les sondages disent plébiscité à droite ? « Jamais il ne serait candidat contre Macron. Mais si Macron dévissait, qui serait le recours ? Lui ! », croit savoir l’un de ses amis politiques. Le Point rappelle les mots de l’intéressé, le 13 novembre sur BFM TV, et son refus d’écarter une candidature : « On verra à ce moment-là l'utilité que je peux avoir. » Un de ses soutiens conjecture par ailleurs sur l’attitude de l’ex-président, imaginant qu’il appellera à voter Macron dès le premier tour « si Bruno Retailleau sort vainqueur d'une primaire. » « Et si c'est Xavier Bertrand, il le soutiendra comme Mitterrand a soutenu Jospin », soit sans réelle conviction, ajoute la même source […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub