Seine-Saint-Denis (93) : «Plus de limite!» des dealers balancent par la fenêtre un locataire qui a défendu une voisine agressée - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


jeudi 26 novembre 2020

Seine-Saint-Denis (93) : «Plus de limite!» des dealers balancent par la fenêtre un locataire qui a défendu une voisine agressée

Les dealers, qui squattent le hall d’un immeuble depuis plusieurs semaines, sèment la terreur parmi les locataires et propriétaires.

En Seine-Saint-Denis, des dealers balancent par la fenêtre un locataire qui a défendu une voisine agressée

Par : valeursactuelles.com

La scène a de quoi faire froid dans le dos. Selon nos confrères de France Bleu, le locataire d’un immeuble de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a été défenestré lundi 23 novembre par un groupe de dealers qui squattent l’immeuble depuis plusieurs jours. La scène, d’une rare violence, est racontée par une des habitantes et copropriétaires. Selon France Bleu, alors qu’elle fait visiter les lieux à une société de nettoyage, elle doit faire face à six jeunes qui fument dans le hall. L’un d’eux jette son mégot au sol, et face à la réflexion polie de la copropriétaire qui lui demande de le jeter dehors, celui-ci refuse et la situation s’envenime. Elle se fait insulter : « Va te faire ****** ». D’autres locataires, alertés par le ton qui monte, viennent lui prêter main forte.

S’ensuivent alors des jets de projectiles, tandis que les dealers promettent de revenir pour se venger. Nos confères détaillent que la copropriétaire tente d’aller déposer une main courante avec un de ses voisins au commissariat, mais « très mal reçue », celle-ci n’est pas prise en compte pour cause de « logiciel cassé ».

« Plus de limite »

Sauf que le soir, les dealers reviennent, et ne sont plus six, mais trente. La bande de dealers se rend alors au premier étage, là même où réside l’homme qui a défendu la copropriétaire le matin. Malgré un appel à la police, il est trop tard : « J’ai entendu des gros boums, des cris et ils ont eu le temps de saccager l’appartement, de lacérer le dos d’un des locataires, d’arracher leurs vêtements, de voler leur argent », décrit-elle encore ébahie. Le tout avant de « balancer » l’homme par la fenêtre et de partir.

Hospitalisé, il a pu rentrer chez lui mais est immobilisé car blessé à la jambe. « On a franchi un cap, ils n’ont plus aucune limite », déplore l’habitante. Même s’ils ne sont pas revenus depuis, tous les colocataires surveillent avec une certaine crainte les abords de leur immeuble. Ils refusent cependant de partir pour ne pas céder à la peur. Ils demandent tous au syndic d’intervenir d’autant que des « marchands de sommeil » sévissent dans leur immeuble […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub