Seine-Saint-Denis (93) : un propriétaire déloge des squatteurs de son pavillon et se retrouve en garde à vue - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 10 novembre 2020

Seine-Saint-Denis (93) : un propriétaire déloge des squatteurs de son pavillon et se retrouve en garde à vue

Alors qu’ils ont eu recours à la manière forte pour déloger une femme usant d’un faux bail, un père de famille et son fils ont été placés en garde à vue pendant 48 heures.

Seine-Saint-Denis (93) : un propriétaire déloge des squatteurs de son pavillon et se retrouve en garde à vue

Par : valeursactuelles.com

Propriétaire d'une belle maison en pierre de taille à Bondy (Seine-Saint-Denis), un maçon s’est retrouvé à la porte de son logement occupé par une squatteuse et son fils. Comme le rapporte Le Parisien, une occupante, titulaire d'un faux bail, occupait les lieux depuis une semaine. « Mon père a travaillé toute sa vie pour construire cette maison. Ce sera une assurance pour leur retraite. Nous voulons la récupérer », explique très ému au Parisien le fils du propriétaire. Après avoir déposé plainte pour violation de domicile, le maçon a décidé d’user de la manière forte en faisant appel à une équipe de gros bras pour déloger l’occupante en l’intimidant. Un recours qui s’est retourné contre lui et son fils.

« Ce genre de chose peut arriver à n'importe qui »

Selon les précisions du Parisien, le père et son fils ont été placés en garde à vue durant quarante-huit heures pour violences aggravées et vol au préjudice de la squatteuse. La jeune femme, blessé à un bras et au visage, a porté plainte à son tour. « L'occupante nous a montré un bail. Il est déjà arrivé que des escrocs repèrent un pavillon vide, changent les serrures et fassent signer un faux bail », explique au quotidien une source policière. Pour l’heure, le propriétaire peut compter sur le soutien des riverains. « Ce genre de chose peut arriver à n'importe qui. Vous vous absentez un weekend, et vous vous retrouvez avec des gens dans votre maison », confie un habitant. La squatteuse, elle, n’a pas été revue dans le quartier.

[…]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub