Un collégien de 14 ans du Nord propose à un camarade de «faire le djihad», disant être «prêt à passer à l’acte» - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 11 novembre 2020

Un collégien de 14 ans du Nord propose à un camarade de «faire le djihad», disant être «prêt à passer à l’acte»

Âgé de 14 ans, un adolescent scolarisé au collège Lucie Aubrac de Tourcoing (Nord) a proposé à l’un de ses camarades de «faire le djihad», affirmant être «prêt à passer à l’acte» «avec une ceinture d’explosifs». Placé en garde à vue, il a évoqué «une plaisanterie» et a déclaré qu’il déplorait l’ampleur que cette affaire avait prise.

Un collégien du Nord propose à un camarade de «faire le djihad», disant être «prêt à passer à l’acte»

Par : Ekaterina Bogdanova | fr.sputniknews.com

Pendant une discussion en classe concernant l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, un adolescent de 14 ans scolarisé au collège Lucie Aubrac de Tourcoing (Nord) a annoncé qu’il était «prêt à tout pour de l’argent», rapporte Actu 17.

En effet, le terroriste ayant tué Samuel Paty avait proposé une somme de 300 à 350 euros à des élèves pour identifier le professeur.

«Avec une ceinture d’explosifs»

Le collégien a été recadré dans la foulée par le professeur qui insistait sur la gravité de ses propos. Mais peu après, le collégien a proposé à l’un de ses camarades, lui aussi de confession musulmane, de «faire le djihad».

Dans un premier temps, ce dernier a pensé qu’il s’agissait d’une blague, avant d’en douter. L’adolescent s’est mis à insister et a même affirmé être «prêt à passer à l’acte», «avec une ceinture d’explosifs». Finalement, il a déclaré que Samuel Paty «ne serait pas le seul».

Placé en garde à vue

Un professeur a été alerté. Le collégien scolarisé en classe de 3e a été interpellé par la police puis placé en garde à vue pour apologie du terrorisme. Une perquisition a eu lieu à son domicile. Néanmoins, aucun élément suspect n’a été découvert, a précisé à Actu 17 une source proche de l’enquête.

Lors de son audition, l’adolescent a reconnu ses propos en expliquant toutefois que ce n’était qu'«une plaisanterie» et que son camarade était plutôt naïf. Le mis en cause a également dit qu’il déplorait l’ampleur que cette affaire avait prise. Selon lui, il ne soutenait pas le terrorisme ni l’attentat de Conflans et qu’il était musulman non pratiquant.

Le collégien a été libéré. Le parquet devra déterminer quelles suites sont à donner à ce dossier […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub