VIDÉO - Michel Onfray : “Un prêtre m’a dit que l’islam n’était pas une civilisation, mais une barbarie. Nous ne sommes pas capables d’entendre ce discours-là en France” - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


vendredi 27 novembre 2020

VIDÉO - Michel Onfray : “Un prêtre m’a dit que l’islam n’était pas une civilisation, mais une barbarie. Nous ne sommes pas capables d’entendre ce discours-là en France”

Michel Onfray a accordé une interview à une chaîne de télévision arménienne. Il a donné un constat glaçant du combat de la France face à l’islamisme.

VIDÉO - Michel Onfray : “Un prêtre m’a dit que l’islam n’était pas une civilisation, mais une barbarie. Nous ne sommes pas capables d’entendre ce discours-là en France”

Par : valeursactuelles.com

Il est de retour du Haut-Karabakh. Et il a accordé sur place une interview à une chaîne de télévision arménienne. Mardi 24 novembre, le philosophe Michel Onfray a notamment raconté son immersion dans cette république autoproclamée, tombée entre les mains des forces turco-azerbaïdjanaises. Il y a notamment rencontré un prêtre. Le religieux lui a glissé que le Haut-Karabakh n’était pas dans une guerre de civilisation étant donné que « l’islam n’est pas une civilisation mais une barbarie », a déclaré le fondateur de Front Populaire. Michel Onfray a répété qu’il s’agissait donc d’une « civilisation judéo-chrétienne contre la barbarie musulmane ».


L’analyse de Michel Onfray

« Nous ne sommes pas capables d’entendre ce discours-là en France car c’est un discours qui suppose que l’on prenne de la hauteur. » Michel Onfray a ajouté qu’il faudrait « penser en termes de millénaires ou au moins de centenaires ». Il a ensuite détaillé son analyse à la chaîne de télévision arménienne. Pour lui, un « chef de l’Etat n'est pas quelqu’un qui doit se dire : “Dans quatre ans, je vais être réélu, qu’est-ce que je dois faire pour être réélu” ». D’après l’écrivain, un président devrait se demander : « Dans cent ans, que sera devenu mon pays ? Je ne dois pas être de ceux qui ont contribué à la destruction de mon pays dans les cent années qui viennent », a évoqué Michel Onfray.

La France fera « partie du camp des vaincus » ?

Le philosophe a ensuite comparé la situation en Arménie à celle de la France. D’après lui, les deux situations sécuritaires seraient bien plus similaire qu’il n’y paraît. Il serait ainsi question « du même combat » : « Hélas, j’en ai honte pour vous, la France ne vous a pas aidé alors qu’elle n’a pas compris que ce qu’il se passe en Arménie, c’est ce qu’il se passe déjà sur son territoire. » Il a alors rappelé le terrible assassinat de Samuel Paty « égorgé dans la rue ». Le professeur est décédé à Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre dernier « parce qu’il enseignait la liberté d’expression ». Le philosophe a alors rendu un constat des plus inquiétant. Michel Onfray a estimé que « le fait que nous n’ayons pas compris que c’était le même combat » montre bel et bien que « la France fera, probablement, partie du camp des vaincus » face à l’islamisme […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub