Affaire des écoutes : quatre ans de prison dont deux ferme requis contre Sarkozy qui dénonce “une infamie” - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 9 décembre 2020

Affaire des écoutes : quatre ans de prison dont deux ferme requis contre Sarkozy qui dénonce “une infamie”

Dans l’“affaire Bismuth”, mardi 8 décembre, le procureur du Parquet national financier a requis quatre ans de prison dont deux ferme à l'encontre de Nicolas Sarkozy.

Affaire des écoutes : quatre ans de prison dont deux ferme requis contre Sarkozy qui dénonce “une infamie”

Par : valeursactuelles.com

Après un faux départ, le procès des « écoutes » de Nicolas Sarkozy promettait des tensions. L'ancien président de la République est soupçonné d'avoir tenté d'obtenir par l'entremise de son avocat Thierry Herzog, en 2014, des informations secrètes auprès de l'ex-haut magistrat Gilbert Azibert, dans une procédure concernant l'affaire Bettencourt, en échange d’une aide pour obtenir un poste à Monaco. Mardi 8 décembre, au soir, le procureur du Parquet national financier a requis quatre de prison dans deux fermes dans cette affaire, alors que Nicolas Sarkozy est mis en examen pour corruption et trafic d’influence, rappelle notamment Le Figaro.

Le procureur évoque cet arrangement en parlant de « pacte de corruption » et serait suffisant pour caractériser de la corruption et du trafic d’influence, quand bien même Nicolas Sarkozy aurait renoncé à aider Gilbert Azibert et que ce dernier n’a donc finalement pas obtenu son poste à Monaco. Ces délits sont passibles de 10 ans de prison. Thierry Herzog et Gilbert Azibert sont eux jugés pour « violation du secret professionnel ». L’accusation a d’ailleurs requis les mêmes peines de prison à l’encontre des deux hommes qu’à l’encontre de l’ancien chef de l’Etat.

De son côté, dans des propos rapportés par France Info, l’ancien locataire de l’Elysée avait dénoncé « une infamie » lors de son interrogatoire, et il avait ajouté : « Je n’ai jamais, jamais commis le moindre acte de corruption ». Les plaidoiries de la défense auront lieu mercredi 9 et jeudi 10 décembre, avant que le tribunal ne mette sa décision en délibéré […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub