Cocktails Molotov, mortiers d’artifice: une «vague de violences» contre un bureau de police à Strasbourg - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


samedi 12 décembre 2020

Cocktails Molotov, mortiers d’artifice: une «vague de violences» contre un bureau de police à Strasbourg

Le bureau de police de Hautepierre, à Strasbourg, a été attaqué avec des cocktails Molotov et des mortiers d’artifice. Les auteurs sont recherchés. Un fonctionnaire souffre d’acouphènes provoqués par les explosions de pétards.

Cocktails Molotov, mortiers d’artifice: une «vague de violences» contre un bureau de police à Strasbourg

Par : fr.sputniknews.com

De nombreux individus ont attaqué le bureau de police de Hautepierre, à Strasbourg, vers 18h le 9 décembre. Au moment des faits, deux fonctionnaires se trouvaient à l’intérieur. Dans un premier temps, ils ont constaté un jet de pierre sur l’une des fenêtres. Mais ce n’était que le début d’«une vague de violences», rapporte Actu 17.

Par la suite, les agresseurs ont eu recours à plusieurs cocktails Molotov. L’un d’entre eux a explosé entre les véhicules de forces de l’ordre stationnés. Un policier a réussi à éteindre les premières flammes. Des mortiers d’artifice ont également été tirés.

Un policier est en arrêt maladie pour une semaine, il souffre d’acouphènes à cause des explosions de pétards.

Nouvelle attaque

Les auteurs de l’attaque ont pris la fuite. Pourtant, plus tard dans la journée, les violences ont continué alors que les techniciens de la police scientifique étaient arrivés sur place afin d’effectuer des prélèvements. Des CRS avaient également été déployés pour éviter d’autres faits similaires, ce qui s’est justement produit.

Plusieurs individus sont revenus pour attaquer les forces de l’ordre avec des mortiers d’artifice. Pour répondre, les CRS ont eu recours à des moyens lacrymogènes. Les agresseurs ont de nouveau réussi à prendre la fuite. Une enquête a été ouverte. Elle a été confiée au commissariat de Strasbourg […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub