Etats-Unis : la folie de l'appropriation culturelle continue «une soupe devient raciste» - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mardi 15 décembre 2020

Etats-Unis : la folie de l'appropriation culturelle continue «une soupe devient raciste»

Le magazine américain de cuisine Bon appétit a déclenché une polémique en osant publier une recette typique d’Haïti après avoir changé quelques aliments.

Etats-Unis : la folie de l'appropriation culturelle continue «une soupe devient raciste»

Par : valeursactuelles.com

Très peu connu en France, Bon appétit est l’un des magazines culinaires américain les plus vendus, avec un tirage de plus de 1,5 million d’exemplaires. Pour son édition spéciale Noël, le site a publié sur son site internet une recette intitulée « soupe joumou », un plat typiquement haïtien, rapporte Le Monde. Et c’est ici que commence la polémique : la recette avait été changée ! Des ingrédients importants étaient manquants, comme le giraumon (une variété de potiron des Antilles), la viande de bœuf et les pâtes, et d’autres aliments, typiquement américains, avaient été rajoutés, comme des noix caramélisées ou du sirop d’érable.

Mais le « pire » dans cette affaire est que le chef qui a réalisé ce plat, Marcus Samuelsson, s’avère être un chef suédois d’origine éthiopienne, c'est-à-dire sans la moindre goutte de sang haïtien. Le groupe a alors été accusé d’« appropriation culturelle », c'est-à-dire de s’approprier les éléments d’une culture étrangère sans les comprendre ni les respecter. La polémique a été si vive que le groupe a dû s’excuser et la recette a été rebaptisée « soupe de potiron aux noix piquantes ».

« La soupe joumou est dans notre sang, dans notre ADN. Manquer de respect à cette soupe, c’est manquer de respect à notre culture, à notre drapeau », a déclaré un chef haïtien dans les commentaires de la recette. Si les réactions ont été si violentes, c’est parce que la soupe joumou est vue à Haïti presque comme un symbole politique. Le lendemain de la déclaration d’indépendance, Marie-Claire Bonheur, l’épouse de Jean-Jacques Dessalines, chef de la révolution haïtienne et premier président du pays, avait appelé les Haïtiens à consommer un met autrefois interdit aux esclaves : la soupe joumou. Depuis ce jour de 1804, une soupe joumou est mangée traditionnellement à chaque fête nationale […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub