“Il fallait créer un électrochoc…” : Emmanuel Macron justifie l’expression “nous sommes en guerre” - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 17 décembre 2020

“Il fallait créer un électrochoc…” : Emmanuel Macron justifie l’expression “nous sommes en guerre”

Lors de son allocution du 16 mars dernier, le chef de l’Etat avait eu recours à un ton martial pour sensibiliser les Français.

 “Il fallait créer un électrochoc…” : Emmanuel Macron justifie l’expression “nous sommes en guerre”

Par : valeursactuelles.com

L’expression avait marqué les esprits. Le 16 mars dernier, à la veille du premier confinement, Emmanuel Macron s’était présenté face aux Français au cours d’une allocution télévisée prononcée sur un ton particulièrement grave. A douze reprises, le chef de l’Etat avait ainsi lancé l’expression « nous sommes en guerre ». Si l’expression avait été moquée par certains, elle était bien justifiée aux yeux du président de la République. « Il fallait créer un électrochoc pour sauver des vies. Rappelez-vous la situation dans laquelle nous nous trouvions : une courbe des entrées dans les services de réanimation exponentielle, la menace de devoir renoncer à soigner certains patients. Et, parallèlement, la vie qui continuait, comme si rien ne se passait », a rappelé Emmanuel Macron dans une interview accordée au Point.

Et le chef de l’Etat d’ajouter : « Des moyens exceptionnels devaient être mobilisés : l’armée, les trains, les avions pour les transferts sanitaires. Et donc ce champ lexical était justifié. » Emmanuel Macron estime par ailleurs « que les conséquences économiques, sociales, psychologiques seront équivalentes à celles d’une guerre ». Dans les colonnes du JDD, en mars dernier, le président de la République avait également indiqué qu’il se devrait d’« être au front, d’aller voir les équipes, dans les hôpitaux, être dans l'anticipation ». Pour rappel, le nombre de décès dus au Covid-19 depuis le début de l'épidémie dans les hôpitaux et les établissements médico-sociaux s'établit désormais à 59 361 morts […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub