“Les Grosses Têtes...!” : une association de journalistes LGBT déplore “19 propos discriminants” en moyenne par émission - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mercredi 9 décembre 2020

“Les Grosses Têtes...!” : une association de journalistes LGBT déplore “19 propos discriminants” en moyenne par émission

Le programme animé par Laurent Ruquier est accusé de “sexisme”, de “grossophobie” ou encore de “LGBTIphobie”.

“Les Grosses Têtes” : une association de journalistes LGBT déplore “19 propos discriminants” en moyenne par émission

Par : valeursactuelles.com

Laurent Ruquier va devoir mieux tenir son plateau s’il ne veut pas voir revenir à la charge l’association des journalistes lesbiennes gay bi trans et intersexe (AJL). Dans une étude publiée mardi 8 décembre, et relayée par Sud-Ouest, elle assure que « 19 propos discriminants » sont prononcés, en moyenne, à chaque émission des « Grosses Têtes », sur RTL.

« Un harcèlement de cour de récréation »

« Chaque émission contient, en moyenne, 19 propos discriminants. Les déclarations sexistes tiennent le haut du pavé puisqu’elles sont présentes dans la totalité des émissions », peut-on lire dans l’étude, réalisée entre le 21 septembre et 23 octobre 2020. Plus précisément, l’association a identifié « 159 propos sexistes, 66 déclarations homophobes et transphobes, 51 déclarations racistes et 29 déclarations grossophobes » durant les « 24 émissions écoutées ».

L’AJL va plus loin, et s’en prend à la composition même du programme, qui présente, peut-on lire, « le schéma d’un harcèlement de cour de récréation (…) où insultes et discriminations sont constamment encouragées envers des boucs émissaires désignés. Le tout sous prétexte d’humour ». La radio, elle, a seulement rétorqué qu’elle avait « confiance dans le jugement de [ses] auditeurs » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub