Nom de rue : le gouvernement dévoile sa sélection de noms de personnalités issues de la diversité - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 6 décembre 2020

Nom de rue : le gouvernement dévoile sa sélection de noms de personnalités issues de la diversité

La liste va de Chérif ­Cadi, premier musulman admis à l'École polytechnique, à l’artiste Joséphine Baker et au nageur algérien Alfred Nakache.

Nom de rue : le gouvernement dévoile sa sélection de noms de personnalités issues de la diversité

Par : valeursactuelles.com

C’est un parallèle à la loi contre les séparatismes qui « tombe bien » apparemment. Le gouvernement prépare ses propositions de noms de rue nommées d'après des ‘figures de la diversité’. Emmanuel Macron l’a annoncé vendredi 4 décembre dans une interview-fleuve à Brut. Il a expliqué vouloir « une sorte de catalogue des 300 ou 500 noms de ces héros » pour « en faire des rues, des statues ». « C'est comme ça que les choses changent », selon lui. La ministre déléguée chargée de la Ville, Nadia Hai, a confirmé ce dimanche 6 décembre dans le JDD, que cette longue liste était en ce moment étudiée. L’hebdomadaire a révélé un extrait des personnalités figurant parmi les propositions du gouvernement. On y trouve par exemple : Cherif Cadi, premier musulman admis à l'Ecole polytechnique, Hammou Moussik, Marocain venu en France participer à la libération de la Corse à l'automne 1943, le chanteur algérien Slimane Azem, l’acteur italien Lino Ventura, l’artiste américaine Joséphine Baker ou encore le chanteur Henri Salvador.

Une première liste sortira début 2021

Une vingtaine de chercheurs, responsables de musée, sociologues, artistes - comme l’historien ­Yvan ­Gastaut ou l’auteur ­Leïla ­Slimani - travaillent sur cette liste et donneront leur rendu « tout début 2021 », explique Nadia Hai. Les noms seront proposés aux collectivités territoriales favorables à une nouvelle nomination de leurs rues. Des promotions d’étudiants de grandes écoles pourront s’en inspirer. Des statues pourront aussi être érigées. La ministre déléguée chargée de la Ville a d’ailleurs estimé auprès du Journal du dimanche que « ça ne sert à rien de réécrire le passé ». Elle fait référence aux multiples demandes de déboulonnage de statues, notamment durant la période où le mouvement racialiste Black Lives Matter manifestait et provoquait des heurts en France comme aux Etats-Unis. « Écrivons plutôt la page commune qui va nous rassembler », a-t-elle recommandé. Pour elle, l’élaboration de cette liste « tombe bien », alors que le projet de loi contre les séparatismes va être présenté au Conseil des ministres mercredi prochain. Elle a enfin assuré au JDD que « c’est toujours le message que je porte. Faisons reculer le séparatisme, mais créons du lien, du vivre-ensemble, c'est aussi une des réponses » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub