VIDÉO - Zemmour réprimande Jean-François Copé : “Vous avez trahi les électeurs qui vous croyaient de droite. Vous vous soumettez à la gauche” - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


dimanche 6 décembre 2020

VIDÉO - Zemmour réprimande Jean-François Copé : “Vous avez trahi les électeurs qui vous croyaient de droite. Vous vous soumettez à la gauche”

Invité de l’émission Face à l’info jeudi 3 décembre, Jean-François Copé a essuyé les critiques de l’éditorialiste de Cnews.

VIDÉO - Zemmour réprimande  Jean-François Copé : “Vous avez trahi les électeurs qui vous croyaient de droite. Vous vous soumettez à la gauche”

Par : valeursactuelles.com

Première figure de la droite à débattre avec Eric Zemmour, Jean-François Copé a été mis à mal par l’éditorialiste de Cnews. Invité de l’émission Face à l’info jeudi 3 décembre, le maire de Meaux a été interrogé sur les maux de la droite. « Que nous ayons, nous à droite, manqué un certain nombre de rendez-vous, ça c’est sûr. Dans un certain nombre de domaine, la sécurité, l’immigration... », a reconnu l’ancien ministre de Jacques Chirac tout en accusant Eric Zemmour d’être devenu « un idéologue». La réponse de ce dernier ne s’est pas fait attendre. « Vous avez trahi les électeurs qui vous croyaient gaulliste, qui vous croyaient de droite au nom du pragmatisme », a ainsi lancé le journaliste.



Et d’ajouter : « Au nom du pragmatisme, vous avez fait ce que la droite a toujours fait, se soumettre à la gauche depuis la révolution française. » Jean-François a toutefois riposté en assurant que l’idéologie d’Eric Zemmour consiste « à présenter la société française comme une société irréconciliable. Pour des raisons pédagogiques, vous avez présenté les choses en expliquant que c’était fichu, que c’était la nation contre les individualistes, que c’était la grandeur passée face au déclin du présent et de l’avenir, que c’était le Français contre l’étranger. (…) C’est un filon, un fonds de commerce. » Le journaliste s’est défendu « de croire en ce qu’il dit. C’est ça que les gens comprennent en me voyant, en me lisant. Ça fait une grosse différence avec les politiques qui disent tout et leur contraire. » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub