Alpes italiennes : un refuge fondé par un prêtre aide les migrants à passer en France - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 27 avril 2021

Alpes italiennes : un refuge fondé par un prêtre aide les migrants à passer en France

Les clandestins sont accueillis avant de rejoindre la frontière en bus et de tenter de la traverser de nuit par les bois.

Alpes italiennes : un refuge fondé par un prêtre aide les migrants à passer en France

Par : valeursactuelles.com

Il organise le passage de clandestins depuis l’Italie vers la France au nez et à la barbe des gardes-frontières. Depuis 2018, le père Luigi Chiampo, curé sexagénaire d’une petite ville proche de Turin, accueille des migrants au refuge Fraternità Massi, qu’il a créé en même temps que l’ONG Talità Kum, rapporte notamment Le Figaro. Cet hébergement composé d’une dizaine de lits représente la dernière étape du périple des clandestins avant leur passage sur le sol français.

« Tout le monde fait son travail »

Une fois arrivés au refuge, ils rejoignent en bus le village frontalier de Claviere, avant de se lancer de nuit dans les bois. Une situation qui n’embarrasse en aucun cas le père Chiampo. « La police française fait son travail, elle essaie d’arrêter les migrants. […] Parfois, les agents vont dans les bois à la recherche de migrants en transit pour arrêter le flux. A d’autres moments, la police se contente de garder les routes principales », analyse-t-il, estimant que « tout le monde fait son travail ». Certains habitants de la région se sont même mobilisés bénévolement pour faire passer les migrants. « Chez moi, j’ai accueilli une famille de migrants avec un bébé de 20 jours. La mère avait accouché seule, dans un bois entre la Slovénie et la Croatie. C’est la situation des migrants qui passent par ici », fait valoir Piero Gorza, un anthropologue de 66 ans.

Cités par Le Figaro, des migrants accueillis au refuge expliquent également leur démarche. « Je veux aller en France parce que j’ai un membre de ma famille qui y vit. En Italie, il n’y a rien pour moi », confie l’un d’eux. « Pourquoi ne suis-je pas resté en Tunisie ? J’ai 30 ans et il n’y avait pas d’avenir pour moi en Tunisie », plaide un autre. Un étudiant kurde irakien de 20 ans explique également être prêt à se rendre n’importe où, « peu importe le pays, tant que je peux être en sécurité ». « Peut-être que mon rêve est d’atteindre le Royaume-Uni, mais cela me suffit d’être en sécurité » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub