Après son portrait au vitriol dans Libération, Sonia Mabrouk réagit avec humour - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

mercredi 28 avril 2021

Après son portrait au vitriol dans Libération, Sonia Mabrouk réagit avec humour

Dans le quotidien, la journaliste de CNews et Europe 1 est notamment décrite comme «l’égérie de la droitosphère», «fille de la bourgeoisie tunisienne» au «brushing à la Fox News» qui «rosit des compliments de ses mâles et pâles mentors».

Après son portrait au vitriol dans Libération, Sonia Mabrouk réagit avec humour

Par : Sarah Lecoeuvre

«Une bonne élève emportée par sa plume, qui rosit des compliments de ses mâles et pâles mentors», au «brushing à la Fox News au vent» et aux «paupières lourdes de maquillage et de sommeil à l’heure de la sieste après une matinée en direct et une nuit sur Netflix». Voici comme Libération résume Sonia Mabrouk dans le portrait de der qui lui était consacré lundi. La journaliste y est également décrite comme une «égérie de la droitosphère» et «fille de la bourgeoisie tunisienne». Au lendemain de la publication du papier, la principale intéressée a brillamment réagi, avec humour.

«Beaucoup de réactions au portrait de Libé», a débuté la présentatrice de CNews et intervieweuse politique d’Europe 1 dans son message mardi soir. «Pardon de ne pouvoir répondre à tous... Le temps manque... Entre la préparation de mon brushing à la Fox News, le maquillage lourd sur paupières fatiguées et mes mâles et pâles mentors, sans compter la “droitosphere” à régaler, c’est du boulot...», a-t-elle ironisé.

Michel Onfray en croisade contre Libération

Sur les réseaux sociaux, nombreuses étaient les réactions indignées dès lundi, après la publication du portrait. La juriste, scénariste et actrice Rachel Khan a salué le «travail, les convictions et l’engagement» de Sonia Mabrouk, quand d’autres relèvent le «sexisme» et la «violence» de l’article en question. Sur son blog, Michel Onfray a dénoncé le journaliste de Libération à l’origine du portrait qui a tenté «de lui faire dire du mal» de la journaliste, dévoilant le texto reçu. «Bonjour, Journaliste à Libé, je prépare le portrait de Sonia Mabrouk. (...) J’aurais aimé revenir quelques minutes avec vous sur vos interactions en plateau avec elle, et plus généralement vous donner l’occasion de lui répondre vu qu’elle vous cible ouvertement dans son dernier livre», a reçu le philosophe. Dans son portrait, le journaliste Guillaume Gendron a reconnu s’être trompé de destinataire.

«Libé me propose de la tuer ! Belle conception du journalisme…»

Michel Onfray, philosophe

Pour Michel Onfray, ce texto«en appelle au plus bas en l’homme: la réactivité ressentimenteuse de qui, ciblé, réagirait illico en décrochant son téléphone pour se répandre lui aussi en poudre. Ce jeune homme me prend pour un perdreau de l’année…», a résumé l’essayiste dans son billet intitulé «journalisme orwellien». «Libé me propose de la tuer! Belle conception du journalisme…», ajoute-t-il en précisant que «Sonia Mabrouk fait partie des rares journalistes qu’il respecte car elle fait un travail remarquable et courageux à contre-courant des facilités qui permettent de faire carrière».

. .

[…]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub