“Chassons la peur de nos rues” : Marin Sauvajon sort du silence pour la première fois depuis sa violente agression - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 13 avril 2021

“Chassons la peur de nos rues” : Marin Sauvajon sort du silence pour la première fois depuis sa violente agression

Pour la première fois depuis quatre ans et demi, Marin Sauvajon s'exprime sur ce qui s'est passé à Lyon, et invite les gens à être maîtres de leur liberté.

“Chassons la peur de nos rues” : Marin Sauvajon sort du silence pour la première fois depuis sa violente agression

Par : valeursactuelles.com

Sa vie a changé ce jour de novembre 2016. En tenant de s’interposer face à des individus qui reprochaient à un couple de s’embrasser dans la rue à Lyon, Marin recevait plusieurs coups de béquille sur la tête. Traumatisme crânien, coma… il gardera des séquelles à vie. Mais pour la première fois, un peu plus de quatre ans et demi après les faits, le jeune homme sort du silence dans une vidéo de son comité de soutien « La tête haute ». Une capsule d’une minute où le jeune homme s’engage pour la liberté de parole et celle de l’entraide.

Sur ce jour du 11 novembre 2016, il explique son geste : « Ça n’était pas du courage, c’était juste de l’indignation. Quand j’ai vu cette femme avoir peur à l’arrêt de bus, je me suis dit que ça pourrait être ma mère, ma sœur, ma copine et c’est pour ça que j’ai voulu intervenir », explique-t-il. Il envoie surtout un message à tous les Français, les êtres humains sur terre même, à s’entraider, parce qu’être « citoyen, c’est être libre, libre de parler, de se balader, de rire avec ses amis », une liberté à laquelle « on tient tous », ajoute Marin.

Légion d’honneur, rencontre avec le pape…

C’est d’ailleurs selon lui avec l’entraide que de tels drames peuvent être évités, Marin rappelant qu’il suffit de quelques petits gestes pour que tout le monde y parvienne, comme lever les yeux de son téléphone ou en sollicitant les gens : « Ensemble, chassons la peur de nos rues et gardons la tête haute », enjoint-il.

Cette association, La tête haute, créée par sa famille après sa violente agression, avait pour but dans un premier temps de le soutenir et financer les traitements coûteux auxquels il a dû avoir recours. Sa famille avait d’ailleurs lancé un coffret, « Le cap la tête haute », pour venir en aide à celles dont certains membres avaient été victimes de lésion cérébrales. Décoré de la Légion d’honneur et nommé « chevalier pour services exceptionnels nettement caractérisés », Marin Sauvajon avait également pu rencontrer le pape en avril 2018. Son agresseur avait été condamné à sept ans de prison ferme par la Cour d’assises des mineurs de Lyon en mai 2018 […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub