Fermeture des frontières : le grand bluff...! - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 19 avril 2021

Fermeture des frontières : le grand bluff...!

Longtemps réclamé pour lutter contre le Covid-19, le verrouillage du territoire a finalement été décidé, fin janvier. En région Paca, toutefois, les agents de terrain pointent la non-effectivité de la mesure, jusqu’à dénoncer un “mensonge”.

Fermeture des frontières : le grand bluff

Par : Yohan Cecere / valeursactuelles.com

Une année. C’est donc le temps qu’il aura fallu à Emmanuel Macron et à son Conseil de défense sanitaire pour décider de fermer les frontières du pays afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19. Une longue année à résister aux coups de boutoir de l’opposition et au bon sens le plus élémentaire, à la seule force de cet argument choc : « Le virus n’a pas de passeport. »

Un élément de langage repris en chœur par l’ensemble des ministres, lesquels semblaient sincèrement ignorer que ceux que le virus contaminait, eux, pouvaient en avoir un… Ainsi, depuis la fi n du mois de janvier et les annonces de Jean Castex, les étrangers hors de l’Union européenne ne peuvent plus venir en France “sauf motif impérieux”. Quant aux étrangers européens, ils doivent présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures pour pouvoir pénétrer sur le territoire national.

Voilà pour les grands principes. Mais qu’en est-il de leur application réelle ? Pour le savoir, Valeurs actuelles a recueilli le témoignage de plusieurs douaniers, ces agents historiquement chargés de contrôler qui et quoi entre sur le sol français. Et le moins que l’on puisse dire à l’aune de ces retours de terrain, c’est que la France ressemble toujours autant à une passoire. « Dire que les frontières du pays sont fermées, c’est profondément mensonger, s’emporte un agent souhaitant rester anonyme. À l’heure qu’il est, on entre en France sans aucune difficulté. On a entendu l’allocution du Premier ministre, mais ce ne sont rien d’autre que des effets d’annonce. Sur le terrain, quasi rien n’a changé, que ce soit au niveau des moyens ou des missions qui nous sont confiées. » Des propos qui tranchent radicalement avec le discours officiel et qui interrogent quant à la volonté politique réelle qui anime cette mesure.

Le châtiment de Sisyphe

Dans le Sud-Est, où les flux transfrontaliers restent élevés malgré […] / [La suite est réservée aux abonnés.]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub