Gilles Verdez condamné pour diffamation après avoir traité Bernard de la Villardière d’islamophobe - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 21 avril 2021

Gilles Verdez condamné pour diffamation après avoir traité Bernard de la Villardière d’islamophobe

Le chroniqueur de Touche pas à mon poste a été condamné à verser 5 000 euros.

Gilles Verdez condamné pour diffamation après avoir traité Bernard de la Villardière d’islamophobe

Par : valeursactuelles.com

Dans un entretien accordé au Monde, Bernard de la Villardière est revenu sur ses relations très tendues avec Gilles Verdez. Le journaliste a assuré qu’il avait fait condamner le chroniqueur de C8 pour diffamation, après que ce dernier l’ait qualifié d’islamophobe à l’antenne. Comme le rapporte Le Figaro, le présentateur d’Enquête exclusive aurait expliqué : « Tiens, je vous donne un scoop : je viens de faire condamner Gilles Verdez pour diffamation. Il m’a traité d’islamophobe chez Hanouna. A chaque fois qu’il peut se payer Enquête exclusive… Il m’accuse de ne pas faire mon travail de journaliste ». Une décision de justice qu’il a saluée, insistant sur le fait qu’il n’était pas du tout islamophobe, « au contraire ! » : « Je pense être un des rares journalistes qui sont allés le plus au chevet des victimes musulmanes des guerres civiles, des trafics », a-t-il affirmé.

Gilles Verdez s’explique

Sur le plateau de Touche pas à mon poste, Cyril Hanouna a donné la parole à Gilles Verdez à la suite de cette condamnation : « Bernard de la Villardière m’avait attaqué à propos de l’ensemble des déclarations, des critiques (…) que j’ai faites ici sur son émission Enquête exclusive. La particularité, c’est qu’il n’a attaqué que moi. Dans ces cas-là il a tout à fait le droit mais traditionnellement on peut attaquer l’émission et la chaîne mais il n’a attaqué que moi. », a-t-il souligné. « Il avait un dossier très épais, et il a gagné sur l’islamophobie donc j’ai été condamné pour diffamation. Il a perdu sur tout le reste », a précisé le chroniqueur. Gilles Verdez, condamné à verser 5000 euros au total, a tenu à remercier l’émission et la chaîne qui ont finalement réglé la somme à sa place. Pour autant, il a certifié qu’il n’avait pas été sanctionné pour les critiques adressées à Enquête exclusive : « Son but était de dire ‘il y a un acharnement contre moi’ (…) il a été retoqué là-dessus, on peut continuer à dire ce qu’on pense de son émission », s’est-il réjoui […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub