GIRONDE : UN RETRAITÉ TUÉ À COUPS DE PIED PAR UNE BANDE DE JEUNES - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 20 avril 2021

GIRONDE : UN RETRAITÉ TUÉ À COUPS DE PIED PAR UNE BANDE DE JEUNES

Un homme de 68 ans a été battu à mort par cinq jeunes, dans un local commun d'une résidence à Floirac, dans la banlieue de Bordeaux. Le 10 avril dernier, Pierre S. a été retrouvé gisant en début de soirée, la tête ensanglantée. Les quatre jeunes hommes ont été mis en examen et écroués dans la nuit de samedi à dimanche.

GIRONDE : UN RETRAITÉ TUÉ À COUPS DE PIED PAR UNE BANDE DE JEUNES

Par : CNEWS avec AFP

Une jeune femme, qui assure n'avoir porté aucun coup, a été placée sous le statut de témoin assisté par le magistrat instructeur. Les quatre hommes ont expliqué avoir porté des coups à la victime mais contesté toute intention homicide, d'après le parquet.

Après autopsie, les causes du décès ont pu être établies : «œdème cérébral post-traumatique suite à un fracas facial majeur manifestement dû à l’action d’un tiers». Les autorités se sont donc rapidement orientées vers la piste criminelle, puisque «la nature de ces violences exclut l’hypothèse d’une chute de la victime», a précisé le parquet de Bordeaux à France 3 Nouvelle-Aquitaine.

Les premières investigations ont permis aux enquêteurs d’apprendre qu’une bande de jeunes avait pris ses habitudes dans les escaliers (situés en extérieur) de la résidence, où ils fumaient et buvaient. La victime aurait ainsi été confrontée à ceux-ci, déclenchant leur violence pour une réflexion. Ils l’auraient fait chuter, avant de la rouer de coups de pied et de prendre la fuite.

D'après une source à l'AFP, les mis en cause ont expliqué qu'une querelle est née d'un «échange de mots». «L'un d'eux prétend que la victime aurait tenu un propos injurieux à l'égard de la jeune femme et que c'est à la suite de ça qu'il l'aurait frappée». Les autres se seraient joints à lui.

Les cinq mis en cause ont été interpellés jeudi et vendredi. Considéré comme l'auteur principal, un des mis en examen, né en 2000 et domicilié à Cenon, a déjà été condamné […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub