Haute-Garonne : un détenu transgenre obtient son transfert chez les femmes, la décision fait polémique - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 22 avril 2021

Haute-Garonne : un détenu transgenre obtient son transfert chez les femmes, la décision fait polémique

Un détenu transgenre demandant à être transféré chez les femmes a obtenu gain de cause auprès de la justice. Le syndicat pénitentiaire évoque un « problème au niveau des fouilles ».

Haute-Garonne : un détenu transgenre obtient son transfert chez les femmes, la décision fait polémique

Par : valeursactuelles.com

Dans la maison d’arrêt de Seysses en Haute-Garonne, un détenu transgenre a obtenu de la justice d’être transféré dans le quartier des femmes. Son changement de sexe a l’état civil remonte au 9 avril, par décision du Tribunal judiciaire de Toulouse. Selon Le Parisien, cet homme devenu femme aurait été contrainte de porter des vêtements d’homme par le personnel pénitentiaire. Incarcérée en juin 2020, elle subit depuis des « propos et actes transphobes de la part de nombreux surveillants », dénoncés par Grisélidis, une association toulousaine qui défend les travailleurs et travailleuses du sexe.

Quid des LGBT en prison

Le responsable du Syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS) à la maison d’arrêt de Seysses explique que la décision du transfert dans le quartier des femmes pose « un problème au niveau des fouilles », car l’individu en pleine transition a toujours « des attributs d’homme ». Or « La loi dit que cela doit se faire entre personnes de même sexe », plaide le responsable. Le SPS a donc formulé mardi une demande au procureur de la République de Toulouse pour que l’individu soit transféré au quartier transgenre de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, en région parisienne.

Laura Garnier, secrétaire de l’association LGBT Arc-en-Ciel Toulouse, explique que « la reconnaissance en milieu carcéral de notre identité de genre est longue et fastidieuse ». Elle ajoute « qu’il y a beaucoup de violence en prison, imaginez ce que peut endurer une femme trans. » En octobre 2020, un Plan national d’actions pour l’égalité contre la haine et les discriminations anti-LGBT, prévu sur trois ans, prévoyait de « mieux protéger les personnes LGBT + incarcérées » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub