Manifestation de lesbiennes « racisées », entre hétérophobie et sectarisme - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 27 avril 2021

Manifestation de lesbiennes « racisées », entre hétérophobie et sectarisme

Ce dimanche, la communauté lesbienne a manifesté dans les rues de Paris pour réclamer l’accès à la PMA. Dans ce débat, l’hétérosexualité est pointée du doigt, et l’homme n’a qu’un droit : se taire.

Manifestation de lesbiennes « racisées », entre hétérophobie et sectarisme

Par : valeurs actuelles

Deux places, deux ambiances. Sur la place du Trocadéro, à Paris, 26 000 manifestants sont réunis, dimanche 25 avril, pour dénoncer l’irresponsabilité pénale du meurtrier antisémite de Sarah Halimi. Sur le devant de l’estrade, plusieurs personnalités publiques se succèdent au micro pour réclamer justice dans cette affaire emblématique et médiatique. L’humoriste Gad Elmaleh, le chanteur Patrick Bruel et sa consœur du métier Carla Bruni. Quelques politiciens ont aussi fait le déplacement, de la maire PS de Paris Anne Hidalgo à la présidente LR de la région Ile-de-France Valérie Pécresse.

De l’autre côté de la Seine, dans le 1er arrondissement, changement de décor. Sur la place du Châtelet, un autre cortège défile, moins hétérogène. 4 000 personnes, selon les autorités, 10 000, selon les organisateurs. Pour la première fois depuis 1980, une manifestation de lesbiennes « racisées » parade dans les rues de la capitale et réclame l’accès à l’assistance médicale à la procréation. Dans le peloton, certaines personnalités publiques se distinguent. Notamment l’actrice française Adèle Haenel ou l’activiste lesbienne Alice Coffin.

La manifestation a beau se nommer « la PMA pour toutes », les conditions pour y participer sont claires. Quelques jours plus tôt, le collectif militant Collages lesbiens détaillait sur Twitter les modalités d’accès : « La marche sera ouverte par un cortège en non-mixité lesbienne et un en non-mixité lesbiennes racisées. » Avec toutefois une dérogation : « Afin de rendre cet événement inclusif pour les personnes sourdes et malentendantes, des interprètes LSF seront présent.e.s ».

Un débat stérile

Dans la foule arc-en-ciel, un seul mot d’ordre : « La PMA pour toutes ne se discute pas. » Si l’on veut être solidaire avec les manifestantes, on ne peut qu’acquiescer à ses slogans. Une des manifestantes, arrêtée par un micro de la chaîne BFMTV au cours de la marche, explique en quoi le débat sur le sujet est impossible donc interdit : « Je ne vois pas en quoi un couple hétéro […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub