Marseille : quatre mois après avoir démissionné, l’ex-maire écologiste veut briguer… un nouveau mandat - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 22 avril 2021

Marseille : quatre mois après avoir démissionné, l’ex-maire écologiste veut briguer… un nouveau mandat

Michèle Rubirola, l’ex-maire écologiste de la cité phocéenne qui a quitté son poste pour raison de santé quelques mois après avoir été élue, indique au Monde, réfléchir à se présenter aux élections départementales qui sont tiendront en juin prochain.

Marseille : quatre mois après avoir démissionné, l’ex-maire écologiste veut briguer… un nouveau mandat

Par : valeursactuelles.com / valeursactuelles.com

Elle est la conseillère départementale sortante du 1er canton de Marseille. Michèle Rubirola, évanescente maire écologiste de la cité phocéenne qui avait quitté son poste pour raison de santé, affirme au journal Le Monde « être en réflexion ». Officieusement, elle est déterminée à se présenter aux prochaines élections départementales qui se tiendront les 20 et 27 juin prochains

L’ex-édile a en effet récemment fait savoir à ses différents partenaires écologistes qu’elle était déterminée à refaire campagne dans son canton de Marseille qu’elle avait conquis en 2015, avec le socialiste Benoît Payan, rapporte Le Monde. « Michèle Rubirola fait partie des personnes dont nous allons proposer la candidature, affirme Hélène Hardy, déléguée nationale aux élections chez EELV. Et de poursuivre : « Et la logique veut qu’elle se présente dans le canton dont elle est l’élue sortante, avec M. Payan ». Agée de 64 ans, la maire passagère de Marseille, également médecin, avait mis un terme à son mandat, le 15 décembre 2020, pour des raisons de santé.

Sa candidature ne suscite pas l’enthousiasme.

C’est son premier adjoint, Benoit Payan qui l’avait remplacée au pied levé. Cette annonce avait d’ailleurs provoqué un tollé au sein du monde politique marseillais et, plus largement, dans tout l’Hexagone. L’opposition avait reproché ce « tour de passe-passe politique négocié à l’avance », indiquent nos confrères du Monde. Et les électeurs marseillais s’estimaient dupés. Michèle Rubirola occupe, depuis, lors, le poste de première adjointe chargée de la santé. « C’est une candidature qui va être difficile à justifier », estime un des élus municipaux d’EELV. « Mais c’est vrai que Michèle a fait gagner le Printemps marseillais, qu’elle est sortante et qu’il est difficile de lui refuser quelque chose. Elle aurait peut-être dû se placer hors du jeu électoral pour quelque temps », précise-t-il. Verdict des urnes en juin […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub