On “ment un peu aux Français” : cette nouvelle vive inquiétude sur le Covid dont on n'entend pas parler - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 15 avril 2021

On “ment un peu aux Français” : cette nouvelle vive inquiétude sur le Covid dont on n'entend pas parler

Interviewé, le médecin Gilles Pialoux a estimé que les membres du gouvernement "mentent un peu aux Français" concernant la crise sanitaire et a regretté que le variant brésilien ne soit pas plus pris en compte par les politiques, au sein du pays.

On “ment un peu aux Français” : cette nouvelle vive inquiétude sur le Covid dont on n'entend pas parler

Par : . Nina Siahpoush-Royoux / closermag.fr

Le mois de mars a été particulièrement meurtrier pour le Brésil. Au total, ce sont plus de 66 000 personnes qui ont perdu la vie au sein de ce pays d'Amérique du Sud à cause du coronavirus, soit un total effrayant de 355 000 morts. Si ces nombres font tristement froid dans le dos, c'est surtout le variant brésilien qui inquiète actuellement les autorités pour les mois à venir. C'est à cause de ce dernier, très contagieux, que de nombreux pays européens ont fait le choix de fermer leurs lignes aériennes avec le Brésil.

Une façon de limiter les nouveaux cas et la circulation de ce variant au sein du continent. Interviewé par BFMTV ce mardi 13 avril, Gilles Pialoux a fait part de sa crainte concernant l'arrivée du variant brésilien en France. En effet, l'hexagone n'a pas choisi de fermer ses frontières avec le Brésil. "Il faut aussi imaginer le scénario du pire, quelqu'un qui est très contaminateur et qui ne se sait pas contaminé parce qu'il a fait ce que le gouvernement recommande", a lancé le chef de service des maladies infectieuses et tropicales au sein de l'hôpital parisien de Tenon, en évoquant ainsi à demi-mot l'exigence du test PCR remontant à moins de 72 heures avant le vol en avion, ainsi que le confinement de 7 jours qui est vivement conseillé aux voyageurs après leur arrivée à destination. "On ne peut pas plaisanter avec le variant brésilien", a ajouté Gilles Pialoux, très préoccupé concernant l'évolution de la pandémie.

Gilles Pialoux : "Le mot mort a disparu du discours politique"

Alors que la France comptabilise déjà plus de 99 000 décès dus au Covid-19 depuis le début de la crise sanitaire, le chercheur-clinicien a déploré le fait que les membres du gouvernement ne parlent plus ouvertement de "morts". "Le mot a disparu du discours politique", a-t-il regretté, en soulignant le fait que "le président de la République n'a pas prononcé le mot mort, il dit endeuillé". "On ne parle plus des morts, on parle des familles qui vivent des choses tragiques", a précisé Gilles Pialoux, qui a l'impression qu'on "ment un peu aux Français". "Il y a un choix de société qui est un choix politique qui est d'accepter qu'on ait chaque jour un Boeing qui s'écrase, c'est-à-dire plus de 300 décès", a-t-il ajouté, réaliste […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub