Terrorisme: avec la surveillance algorithmique sur Internet, demain, tous fichés? - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

mercredi 28 avril 2021

Terrorisme: avec la surveillance algorithmique sur Internet, demain, tous fichés?

Le gouvernement va présenter un projet de loi censé renforcer la prévention d’actes de terrorisme. Parmi les mesures prévues, une surveillance accrue des données de connexion Internet pour l’ensemble des utilisateurs. Gérald Arboit, spécialiste du renseignement, fustige une «mesure d’habillage» dont l’efficacité reste à prouver. Explications.

Terrorisme: avec la surveillance algorithmique sur Internet, demain, tous fichés?

Par : Victor Lefebvre / fr.sputniknews.com

Hasard du calendrier ou opportunité politique saisie au vol? Quelques jours seulement après l’attentat islamiste de Rambouillet qui a coûté la vie à une adjointe administrative du commissariat de police de la ville, l’exécutif entend montrer qu’il agit de renforcer les moyens de lutte contre le terrorisme. Ce mercredi 28 avril, Gérald Darmanin doit ainsi présenter en Conseil des ministres un projet de loi relatif à la prévention d’actes de terrorisme et au renseignement.

C’est surtout sur le volet surveillance en ligne que le gouvernement semble vouloir insister. Dans le Journal du dimanche du 25 avril dernier, le ministre de l’Intérieur a ainsi indiqué que le texte prévoirait notamment un «recours aux algorithmes, c’est-à-dire le traitement automatisé des données de connexion, par la DGSI [Direction générale de la sécurité intérieure, ndlr]». Dit autrement, les services de renseignement auraient la possibilité d’analyser massivement l’adresse URL des sites Internet consultés par les Français.

«Pour les services de renseignement, cela va signifier énormément plus de travail avec énormément moins de budget et de personnes», pronostique Gérald Arboit, spécialiste du renseignement, au micro de Sputnik.

Pour le chercheur associé au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), ce projet de loi ne «change pas radicalement les choses» dans la lutte contre le terrorisme en France. Dans les cartons depuis plusieurs mois, le texte vise à inscrire dans le droit des dispositifs jusqu’ici limités dans le temps et introduits à titre expérimental par la loi renseignement de 2015. «On se sert de l’attentat de Rambouillet pour présenter ce projet de loi prévu depuis longtemps et ainsi lui donner une légitimité médiatique», tacle Gérald Arboit.

«On est très loin encore de ce que font les Américains»

Très concrètement, des algorithmes pourront passer au crible l’intégralité des adresses URL des sites web consultés par les internautes afin notamment de détecter la connexion et l’intérêt éventuel d’un individu vers des sites liés au terrorisme. Les services de renseignement pourront donc avoir définitivement recours aux fameuses «boîtes noires» expérimentées depuis 2017. Ces dernières ont pour rôle de collecter et d’analyser des métadonnées, c’est-à-dire toutes les informations périphériques donnant du contexte à un contenu. En théorie, elles ne peuvent pas lire le contenu d’un message envoyé en ligne mais simplement recouper des informations potentiellement suspectes ou sensibles afin de détecter d’éventuelles menaces ou des préparations d’attentats. Une technique algorithmique qui fait relativiser les craintes pour les libertés individuelles, assure notre interlocuteur. «On est très loin encore de ce que font les Américains, par exemple. On n’a pas de NSA [National Security Agency, agence de renseignement américaine, ndlr] en France! Nous n’avons que trois boîtes noires censées contenir les algorithmes pour la lutte antiterroriste. La France reste ‘petit bras’ à ce niveau-là!», lance Gérald Arboit.

«Les données informatiques sont déjà captées par des cookies et il y a de fortes chances pour qu’elles soient gardées au-delà de cinq ans, vu les mails de publicité ciblée que l’on reçoit! Ce n’est pas un recul pour les libertés publiques car les données seront anonymisées. C’est même plutôt une protection supplémentaire par rapport aux sites commerciaux: il n’y a pas de violation des libertés individuelles», affirme le spécialiste du […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub