Toulon (83) : une cagnotte récolte 12 000 euros…pour un homme condamné pour violences conjugales - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 12 avril 2021

Toulon (83) : une cagnotte récolte 12 000 euros…pour un homme condamné pour violences conjugales

Incarcéré pour purger sa peine de prison, Johan L. peut compter sur des centaines de donateurs pour l’aider financièrement.

Toulon : une cagnotte récolte 12 000 euros…pour un homme condamné pour violences conjugales

Par : valeursactuelles.com

L’histoire paraît impensable, et pourtant. Johan L. a été condamné à 18 mois de prison le 5 février dernier à Toulon pour avoir violenté son ex-compagne à deux reprises. Alors qu’il avait interdiction de l’approcher dans le cadre de son contrôle judiciaire, l’homme n’a pas respecté la loi et a été jugé en comparution immédiate. Mais il ne s’est pas laissé abattre pour autant et a décidé de lancer une cagnotte solidaire pour récolter des fonds visant à l’aider à « régler ses frais de justice ». Comme le rapporte Var Matin ce lundi 12 avril, près de 12 000 euros de la part de plus de 200 contributeurs avaient déjà été récoltés le 7 avril « pour lui assurer une défense correcte ». Ayant annoncé son intention de faire appel de sa condamnation depuis la prison de la Farlède dans laquelle il est incarcéré, Johan L. n’a alors pas hésité à chercher du soutien à distance.

Une communauté tournée vers le complot

La cagnotte intitulée « Acte de charité pour Johan L. » a donc séduit de généreux donateurs qui ont assimilé les accusations à l’égard de Johan L. comme étant le fruit d’une machination. Depuis plusieurs années, l’homme a tissé sa réputation de conspirationniste sur les réseaux sociaux au fur et à mesure des années. Il y a souvent laissé la trace d’écrits et de vidéos complotistes sur les thèmes de la religion et de la politique, et s’est créé sa propre communauté, prête à l’aider coûte que coûte. Condamné pour violences conjugales, Johan L. s’était défendu lors de son procès en minimisant les faits qui lui étaient reprochés : « Elle m’a poussé. Je l’ai repoussé. Il n’y a eu qu’un coup », avait-il assuré, ajoutant que les ecchymoses visibles sur le visage de son ex-compagne provenaient de son propre fait, elle qui s’était « mis au sol contre des graviers » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub