Toulouse : l’église Saint-Sernin visée par des tags antisémites et antichrétiens - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 21 avril 2021

Toulouse : l’église Saint-Sernin visée par des tags antisémites et antichrétiens

L’auteur des tags antisémites et antichrétiens a été interpellée le 19 avril dernier. Elle aurait agi sous l’emprise de l’alcool.

Toulouse : l’église Saint-Sernin visée par des tags antisémites et antichrétiens

Par : 6medias2 via valeursactuelles.com

La basilique Saint-Sernin située rue Mirepoix, à Toulouse (Haute-Garonne) a reçu des balafres rouges, dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 avril, provoquant la consternation du prêtre de l’édifice religieux, ainsi que du Maire de Toulouse, rapporte La Dépêche. La Mairie de Toulouse a immédiatement porté plainte. « Dans un climat délétère de violence gratuite, d’impunité totale, d’absence de valeurs morales et de respect humain, comment ne pas être sidéré par cette offense contre la foi chrétienne, l’Eglise Catholique, mais également la ville de Toulouse et la beauté de son architecture ? J’espère une réponse vraiment forte des autorités compétentes et cette affaire sera traitée avec le même sérieux que les autres affaires perpétrées sur le territoire français », a estimé le père Bogdan Velyanyk, prêtre de la basilique.

Elle aurait agi sous l’emprise de l’alcool

L’auteur des tags antisémites et antichrétiens a été interpellée le 19 avril, par les enquêteurs de l’unité de permanence judiciaire de Toulouse. Il s’agit d’une femme de 59 ans. Ce sont les images de vidéosurveillance et les voisins qui ont permis aux forces de l’ordre de mettre la main sur l’auteur des faits. Les policiers ont fouillé son logement pour tenter de comprendre ses motivations. La femme a été placée en garde à vue et questionnée par les policiers. Elle aurait inscrit ses tags insultants parce qu’elle avait préalablement consommé de l’alcool. Aucune revendication religieuse ou politique n’a pu être mise à jour. Libérée, elle comparaîtra néanmoins prochainement devant le tribunal correctionnel de Toulouse « sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub