VIDÉO - Migrants : un député dénonce le “ Grand remplacement ” à Mayotte - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 22 avril 2021

VIDÉO - Migrants : un député dénonce le “ Grand remplacement ” à Mayotte

Le député de Mayotte Mansour Kamardine a utilisé ce mercredi 21 avril le terme de “ Grand remplacement ” pour décrire la situation migratoire à Mayotte, où la population immigrée prendrait le pas sur la population locale.

Migrants : un député dénonce le “ Grand remplacement ” à Mayotte

Par : valeursactuelles.com

Le terme est lâché. Le député de Mayotte Mansour Kamardine a évoqué ce mercredi 21 avril un « Grand remplacement » en cours sur l’île de Mayotte, département français qui connaît une vague migratoire de très grande ampleur, notamment venue des Comores. Au point que selon l’élu, la population « illégale » représente davantage que la population « légale ».

« Imaginez 40 millions d’immigrés en France métropolitaine, c’est ce qui se passe à Mayotte », a déclaré Mansour Kamardine dans une vidéo publiée par le média en ligne Front Populaire, évoquant une île française « confrontée à une invasion migratoire barbare » qui « pose des questions de souveraineté ».

Terme polémique



Le terme risque de faire réagir puisque le « Grand remplacement » fait en principe référence à une théorie qui suppose que l’immigration vers l’Europe est volontairement organisée en secret par les élites pour substituer les populations immigrées aux Français « de souche ».

Mauvais choix de mot peut-être, car ce ne semble cependant pas être cette vision que le député veut défendre, mais plutôt l’idée que la population immigrée devient plus importante que la population locale : « Ce qui fait le mal français, ce sont les non-dits. Oui, à Mayotte, nous assistons à une situation de ‘Grand remplacement ’. De 2013 à 2017, sont arrivées quelque chose comme 50 000 à 60 000 personnes. Dans le même temps 27 000 personnes ont fui le territoire. Je ne vois pas d’autre terme » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub