A Trappes, ville limitrophe de Rambouillet, le commissariat attaqué quelques heures après l’attentat - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 25 avril 2021

A Trappes, ville limitrophe de Rambouillet, le commissariat attaqué quelques heures après l’attentat

Depuis deux jours, le commissariat de Trappes est la cible d’attaques aux mortiers d’artifice. Des provocations qui ne se sont pas arrêtées après l’attentat de Rambouillet, survenu à quelques kilomètres de là.

A Trappes, ville limitrophe de Rambouillet, le commissariat attaqué quelques heures après l’attentat

Par : valeursactuelles.com

21,4. C’est la distance, en kilomètres, qui sépare les commissariats de Rambouillet et de Trappes. Tous deux, dans la journée du 23 avril, ont été la cible d’attaques, de nature tout à fait différente, mais dont la quasi-simultanéité laisse transparaître la situation des policiers en France. A Trappes (Yvelines), les policiers du commissariat de la place des Mérisiers sont en effet la cible, depuis trois jours, d’attaques quotidiennes. Comme le rapporte BFM TV, c’est d’abord dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 que surgissent une vingtaine de personnes à proximité du commissariat. Suivant un mode opératoire désormais bien connu, les individus entreprennent de brûler poubelles et voitures, tout en tirant sur l’hôtel de police avec des mortiers d’artifice.

Un équipage de police également attaqué

Les forces de l’ordre parviennent finalement à se dégager, au moyen de plusieurs dizaines de grenades lacrymogènes. Au même moment, toujours à Trappes, un équipage de policiers en patrouille est à son tour attaqué. « Pas une nuit cauchemardesque », estime cependant Ali Rabeh, le maire hamoniste de Trappes. Le lendemain, au soir du 23 avril, la même attaque est répétée devant le commissariat. Une poursuite des hostilités qui en dit long sur les préoccupations des agresseurs de Trappes, quelques heures après qu’une policière a été assassinée par un islamiste, dans son commissariat de Rambouillet. « Il faut apporter une première réponse pénale dès qu’on a un jet de cailloux, un outrage ; dès le départ, il ne faut pas attendre », disait à ce sujet un représentant du syndicat Alliance Police cité par franceinfo, immédiatement après le meurtre de sa collègue […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub