VIDÉO - Tweet polémique d’Evian : pour Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse, la marque a cédé aux “islamogauchistes” - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


vendredi 16 avril 2021

VIDÉO - Tweet polémique d’Evian : pour Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse, la marque a cédé aux “islamogauchistes”

Sur RTL, la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse est revenue sur la polémique qui a suivi la publication d’un tweet de la marque Evian, en plein ramadan.

Tweet polémique d’Evian : pour Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse, la marque a cédé aux “islamogauchistes”

Par : valeursactuelles.com

Mardi 13 avril, la marque Evian a posté un tweet, dans lequel, comme elle le fait régulièrement, elle a rappelé cette recommandation sanitaire : boire régulièrement de l’eau. Mais ce jour-là, le ramadan – période de jeûne observée par les musulmans – débutait. Certains internautes y ont donc vu une provocation et la marque a présenté ces excuses. Ce jeudi 15 avril, invitée à s’exprimer sur la question au micro de RTL, Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse, a dit regretter le rétropédalage de la marque.

« Ils se sont excusés et c’est bien dommage »

« C’est totalement scandaleux », s’est agacée l’élue MoDem de Loire-Atlantique, reprochant à la société d’avoir cédé aux « islamogauchistes », qui « poussent à la repentance ». « C’est absolument dingue ; moi, franchement, j’en suis triste. […] Ils se sont excusés et c’est bien dommage », a conclu Sarah El Haïry, avant de rappeler que « oui, dans notre pays, on fait de la publicité. Et quand on est une entreprise d’eau ? Eh bien oui, on vend de l’eau. Et personne n’a besoin de se sentir offensé ».

Face à la levée de boucliers suscitée par son tweet, l’entreprise jugée « islamophobe » par certains usagers du réseau social, avait assuré dans un deuxième tweet que son message n’appelait « à aucune provocation » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub