250 personnes “sans doute de bon gauchistes” réunies en Lozère (48) pour s’opposer à l’expulsion d’un Malien - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 10 mai 2021

250 personnes “sans doute de bon gauchistes” réunies en Lozère (48) pour s’opposer à l’expulsion d’un Malien

Ce sont notamment des habitants de la commune de Florac qui se sont retrouvés pour témoigner leur soutien au jeune homme qui devra passer devant le tribunal administratif dans quelques jours.


Agissez, Mesdames et Messieurs ► JE SIGNE L'APPEL DES MILITAIRES!


250 personnes réunies en Lozère pour s’opposer à l’expulsion d’un Malien

Par : V.A.

Alors qu’à Avignon, des centaines de personnes se sont réunies ce dimanche 9 mai pour rendre hommage à Eric Masson, 250 personnes ont décidé de se retrouver à Florac en Lozère pour une tout autre cause. Comme le rapporte France 3, le groupe a tenu à apporter son soutien à Alkaba, un jeune Malien résidant dans la commune et menacé d’expulsion. « Nous souhaitons nous rassembler aujourd’hui pour mettre en lumière le fait que Alkaba soit jugé mercredi. Il n’y a aucune démarche politique dans ce que l’on fait. Nous sommes très attachés à Alkaba, cette manifestation c’est pour le soutenir et lui montrer que l’on veut qu’il reste ici », a expliqué Stéphane Courty, un ami de l’intéressé. En effet, ce dernier étant sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF), il devra se rendre au tribunal administratif de Nîmes le 12 mai. Une décision de justice devrait ensuite permettre de déterminer s’il peut ou non rester dans l’Hexagone.

« Je ne veux pas tout perdre »

Le jeune homme est arrivé en France il y a quatre ans, après avoir quitté le Mali pour des raisons financières et personnelles. Il a indiqué que c’était « la misère » dans son pays d’origine et qu’il souhaitait « réussir (sa) vie ». Son ami Stéphane a tenu à rappeler qu’Alkaba était bien intégré en France.« Il est très investi dans la vie de la commune, il s’est engagé dans de nombreuses associations caritatives pour le secours populaire, les restos du cœur. Il a pris des cours de français aussi, tout le monde le connait ici », a-t-il assuré. Installé dans cette commune lozérienne avec sa compagne qu’il a rencontrée ici, Alkaba, qui vient de signer une promesse d’embauche en CDI dans une entreprise de bâtiment, n’envisage pas de quitter ce qu’il considère comme étant son nouveau chez-lui : « J’ai tout ici. Je ne veux pas tout perdre », s’est-il ému […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET




Bas Pub