« Allahou akbar, je vous couperai la tête un par un ! » : un détenu profère des menaces islamistes à la prison de Perpignan - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


samedi 1 mai 2021

« Allahou akbar, je vous couperai la tête un par un ! » : un détenu profère des menaces islamistes à la prison de Perpignan

Dans la journée du 30 avril, un détenu placé à l’isolement au centre pénitentiaire de Perpignan s’en est violemment pris à ses surveillants. Ivre de rage, il a proféré de nombreuses menaces islamistes

« Allahou akbar, je vous couperai la tête un par un ! » : un détenu profère des menaces islamistes à la prison de Perpignan

Par : V.A.

Islamistes dans les rues, islamistes en prison. Si personne n’a oublié l’assassinat d’une policière à Rambouillet le 23 avril dernier, par un djihadiste tunisien, c’est sans doute encore davantage le cas des surveillants de la prison de Perpignan. Hier, vendredi 30 avril, ces derniers ont en tout cas eu droit à une piqure de rappel. Selon les informations de L’Indépendant, l’après-midi se termine lorsque, tout à coup, un détenu se met à tambouriner à la porte de sa cellule – où il est placé en isolement. Surtout, le détenu se met à copieusement insulter et menacer les surveillants, usant d’un vocabulaire particulièrement explicite. « Allahou akbar, je vais mettre une bombe, je vais tous vous tuer, je vous couperai la tête un par un! » », s’écrit-il, furieux.

. . *



Le syndicat des surveillants réclame un procès

Les insultes et menaces du détenu nécessitent alors l’intervention des surveillants. Alors que ces derniers pénètrent dans la cellule de l’homme, celui crache aux visages de deux d’entre eux, et a le temps d’en blesser un autre à la main. Une violence du verbe et du geste qui a particulièrement choqué les surveillants. Leur syndicat (UFAP/UNSA Justice), demande que, « dans le contexte actuel, ce détenu passe en comparution immédiate pour agressions, apologie du terrorisme et menaces de mort ». Les surveillants réclament également que l’islamiste soit transféré dans une « unité pour détenu violent », puis vers un « quartier d’évaluation de la radicalisation » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub