Covid-19 : le plan de relance européen condamné avant même d’avoir vu le jour ? - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 2 mai 2021

Covid-19 : le plan de relance européen condamné avant même d’avoir vu le jour ?

Décidé en juillet 2020, le plan de relance européen n’est toujours pas entré en vigueur neuf mois après. Il risque de n’être qu’un coup d’épée dans l’eau et servir au mieux à accompagner une reprise économique molle, s'inquiète l'économiste Yves Perez. En attendant, les Etats membres de la zone euro s’en remettent à la politique monétaire accommodante de la BCE pour continuer à s’endetter et à soutenir une activité économique chancelante.

Coronavirus : le plan de relance européen condamné avant même d’avoir vu le jour ?

Par : Yves Perez / V.A.

Décidé en juillet 2020, le plan de relance européen n’est toujours pas entré en vigueur neuf mois après. On a tendance à l’oublier, mais le plan de relance européen avait été annoncé en juillet dernier à grand renfort de tambours et trompettes. L’Europe avait mis sur la table quelques 750 milliards d’euros (soit 5% du PIB européen) afin de soutenir l’activité économique sur un vieux continent durement frappé par la pandémie. Notre ministre de l’Économie et des Finances, monsieur Bruno Le Maire, annonçait à qui voulait l’entendre l’arrivée prochaine de la cavalerie européenne. Neuf mois plus tard, la cavalerie se fait toujours attendre. Ce plan avait pourtant été ratifié en décembre 2020 par le conseil européen des chefs d’Etats et de gouvernements.

µ

Comment expliquer un tel retard à l’allumage ? Il y a, en fait, plusieurs raisons qui expliquent cette situation. La première est que, s’agissant d’une décision du conseil européen, ce plan doit être ratifié non seulement par les instances européennes (commission, parlement européen) mais aussi par les parlements des vingt-sept pays membres de l’Union. Or, à ce jour, seuls dix-sept d’entre eux ont officiellement accepté ce plan. Aux lenteurs des calendriers nationaux s’ajoutent les réticences politiques de certains pays concernant tel ou tel aspect contenu dans ce plan. Ainsi la Hongrie et la Pologne ont-elles contesté le principe selon lequel l’octroi des aides européennes devrait être soumis au respect de l’Etat de droit tel qu’on le conçoit à Bruxelles. D’autres Etats s’estiment déjà très endettés et rechignent à mettre le doigt dans l’engrenage du plan de relance européen. Bref, la cacophonie règne et la confiance n’est pas toujours au rendez-vous entre Bruxelles et certains Etats membres qui anticipent déjà le retour aux règles de rigueur budgétaire, sitôt la pandémie terminée.

Ce plan risque de n’être qu’un coup d’épée dans l’eau et, au mieux, de servir à accompagner une reprise économique molle

Au mieux, ce plan entrera en application à l’été prochain à moins que ce ne soit à l’automne ou à l’hiver. Le temps que ses premiers effets se fassent sentir sur la conjoncture économique et nous serons arrivés vers le milieu de l’année 2022. Entre temps, la Chine et les pays d’Asie du Sud-Est auront connu une reprise vigoureuse et les Etats-Unis, dopés par le plan de relance du président Biden, leur auront emboité le pas. Par ailleurs, tout dépendra aussi de l’évolution de la campagne de vaccination et de la capacité des différents pays européens à juguler l’épidémie. Dans le cas contraire, l’écart risque de se creuser davantage encore entre, d’une part, l’Europe et, d’autre part, l’Asie et les Etats-Unis. Ce plan, qui comporte 312 milliards d’euros de subventions et 360 milliards de prêts consentis aux Etats par l’Union Européenne, poursuit un double objectif. En premier lieu, il vise à éviter l’entrée de l’économie européenne en déflation. En second lieu, il ambitionne de hâter la transition écologique et numérique de l’économie européenne. Bruxelles met l’accent sur l’accélération de la transition écologique et entend contrôler étroitement l’usage qui sera fait par chaque pays des fonds européens. C’est pour cette raison que Bruxelles exige que chaque pays lui soumette un plan de relance détaillé afin de s’assurer de l’affectation future des fonds alloués au niveau de chaque Etat membre. Si l’on considère uniquement les fonds affectés à la relance de l’activité, ceux-ci n’auront selon toute vraisemblance qu’un impact limité. Au mieux, le plan de relance européen servira plutôt à accompagner qu’à susciter une reprise de la croissance économique. Celle-ci s’annonce d’ailleurs molle et sujette aux aléas de la sortie de la pandémie. Ce qui apparaît d’ores et déjà, c’est que l’Europe est menacée de déclassement dans le monde de l’après Covid-19, dominé par la montée en puissance de la Chine et la pugnacité des Etats-Unis.

En attendant, les pays de la zone euro comptent surtout sur la politique monétaire ultra-accommodante de la BCE pour continuer à s’endetter et soutenir une activité économique chancelante

Face à une Union Européenne toujours aussi lente dans ses réactions et pusillanime dans ses choix, la BCE fait de plus en plus figure d’ultime rempart, de bouclier. Comme l’a récemment confirmé Mme Christine Lagarde, sa présidente, la banque centrale européenne continue à créer d’abondantes liquidités en rachetant à tour de bras des titres de dette souveraine de ses Etats membres et à maintenir au plus bas niveau possible les taux d’intérêt. Poursuivie sans coup férir depuis l’éclatement de la pandémie, cette politique présente pour les gouvernements européens un double avantage. Premièrement, elle permet aux Etats d’amortir le choc de la récession en continuant à s’endetter ; deuxièmement, elle les incitent à dépenser, pour l’heure sans trop compter, afin de soutenir une activité très perturbée par le choc de la pandémie. Pour l’instant, les risques d’inflation demeurent assez limités car la plupart des économies se sont éloignées du plein emploi. Les pays les plus anxieux face aux risques de reprise de l’inflation sont ceux qui étaient avant la crise sanitaire au voisinage du plein emploi : l’Allemagne, l’Autriche et les Pays-Bas. Ces pays connaissent un taux d’inflation légèrement supérieur à celui de la zone euro. En Allemagne, cette hausse, qui devrait être de l’ordre de 2% d’ici la fin de l’année, est pour l’heure due principalement à l’augmentation des prix de l’énergie du fait de l’instauration d’une taxe carbone et de celle des prix du pétrole. Mais, déjà, ces tensions inflationnistes suscitent un regain des critiques à l’égard de la politique jugée trop accommodante de la BCE ainsi qu’au sujet du principe de la mutualisation des dettes contenu dans le plan de relance européen. D’une façon générale, les pays de l’Europe du nord demeurent très prudents et sceptiques. Ainsi, les Pays-Bas ne présenteront même pas de demande d’aide à Bruxelles. Leur attitude est en complète opposition avec l’enthousiasme qui prévaut dans les pays du sud de l’Europe […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub